L’ordre de Washington à la la maison-mère chinoise de TikTok, ByteDance, de vende ses activités américaines de TikTok, expire ce 12 novembre.

Raison pour laquelle, TikTok a lancé une procédure judiciaire pour obtenir un délai de 30 jours avant la prise d’effet du décret du 14 août, qui interdirait l’application sur le sol américain.

En effet, le 14 août, le président américain Donald Trump signait un décret obligeant Bytedance à vendre les activités américaines de TikTok sous 90 jours, sous peine de l’interdire aux Etats-Unis. Un ultimatum censé se terminer jeudi 12 novembre.

ByteDance, la maison-mère chinoise du très populaire réseau social TikTok qui revendique 100 millions d’utilisateurs aux Etats-Unis, n’a pas reçu le feu vert du gouvernement pour finaliser la vente avec Oracle.

Un accord commercial semble avoir été trouvé entre Bytedance et la société américaine Oracle, mais aucune autorisation n’a été donné et TikTok s’inquiète du calendrier.

Le 10 novembre, l’entreprise a déposé une requête auprès d’un tribunal de Washington, afin d’empêcher l’ordre exécutif de prendre effet – ce qui le cas échéant mènerait à son interdiction dès le jeudi 12 novembre.

Le délai est possible, car il est prévu par le texte signé en août, mais il doit être accordé par le CFIUS, l’agence américaine chargée de surveiller les investissements étrangers aux Etats-Unis, et qui avait enquêté sur le réseau social.

«Nous n’avons aucune visibilité sur la possibilité que nos propositions de solutions soient acceptées ; nous avons donc requis un délai de trente jours, tel que le permet le décret du 14 août», a expliqué TikTok dans le communiqué.

Donald Trump accuse depuis des mois, sans preuve, TikTok de voler les données des utilisateurs américains au profit de la Chine. Après des négociations avec plusieurs entreprises, ByteDance et TikTok ont proposé de créer une nouvelle société impliquant le groupe informatique américain Oracle en tant que partenaire technologique et le géant de la distribution (américain lui aussi) Walmart en tant que partenaire commercial.

Le projet semblait convenir à l’administration Trump, mais TikTok attend toujours le feu vert. «Près de deux mois se sont écoulés depuis que le président a donné son accord préliminaire à notre proposition (…). Nous avons fourni des solutions détaillées pour finaliser l’accord, mais n’avons reçu aucun retour substantiel sur notre projet, rien de concret en matière de protection des données personnelles et de sécurité», a écrit TikTok.

«Nous n’avons pas d’autre choix que de déposer un recours au tribunal pour défendre nos droits et ceux de plus de 1 500 employés aux Etats-Unis», a souligné TikTok.