La nouvelle ministre du tourisme de Polynésie française, Nicole Bouteau, a mit en exergue la volonté du gouvernement d’attirer les touristiques asiatiques, et notamment chinois dans les 5 archipels.

Nicole Bouteau, ministre du tourisme

« J’ai eu l’occasion d’ores et déjà de rencontrer Michel Monvoisin, PCA d’Air Tahiti Nui et le chef de service de la direction polynésienne de l’aviation civile : de ces 2 rencontres, je constate que les routes aériennes nous sont ouvertes à travers le monde« , a expliqué la ministre à Tahiti Infos, le 7 février 2017.

Cependant, « le développement de ces dessertes ne se décrète pas. Il nous faut créer les conditions d’exploitations d’une telle ligne. Cela a été initié. Les accords avec les autorités aériennes chinoises le permettent. Il faut maintenant travailler avec les opérateurs chinois« , a indiqué cette dernière.

D’autant qu’en mai 2016, l’Administration national du tourisme de Chine et le Réseau de média de voyage ont publié la liste des 100 destinations les plus populaires auprès des touristes chinois. Tahiti et ses îles figuraient à la 4ème place du classement derrière l’île Maurice (1ère place), Chiang Mai en Thaïlande (2nde) et l’île de Hokkaido au Japon (3ème).

Une place qui s’explique le nombre croissant de touristes chinois qui se rendent en Polynésie française. En 2015, Tahiti et ses îles ont accueilli 5 555 touristes chinois soit une augmentation de 70% par rapport à 2014, selon Tahiti Tourisme.

Raison pour laquelle, « nous poursuivons les contacts, les échanges, les tests produits. Ainsi, nous serons prêts, tant en Polynésie que sur le continent asiatique, pour lancer une nouvelle ligne. Vous aurez notez que le marché chinois est celui qui a le plus progressé » a conclu la ministre, Nicole Bouteau.

Le président Édouard Fritch et l’ambassadeur de Chine à Paris, Zhai June

D’ailleurs, l’ambassadeur de Chine en France, Zhai June, était en visite en Polynésie française en juillet 2016, afin de « mieux connaître le territoire et d’explorer, avec les autorités locales, les moyens de renforcer encore davantage la coopération entre la Chine et la Polynésie« .

Ce dernier avait souligné la nécessité « d’améliorer la coopération et les échanges entre l’assemblée populaire de Chine et l’assemblée de la Polynésie française pour le bien être des populations des deux pays », considérant que « la coopération entre la Chine et la Polynésie française va se développer de mieux en mieux ».