Un Boeing-737 avec 132 personnes à bord s’est écrasé le 21 mars 2022 dans le Sud de la Chine après une chute brutale de 8.000 mètres. Il s’agit d’un accident d’avion qui pourrait s’avérer le plus meurtrier dans ce pays depuis 1994.

Aucun bilan précis des victimes n’avait été publié le 21 mars dans la soirée à Pékin après la catastrophe qui a suscité une réaction à chaud du président Xi Jinping.

RÉACTION INATTENDUE DE XI JINPING

Le président chinois Xi Jinping a exhorté à déployer tous les efforts de recherche et de secours après le crash de l’avion dans la région autonome Zhuang du Guangxi (sud de la Chine).

Ce dernier a indiqué dans son instruction qu’il était choqué d’apprendre l’incident du vol MU5735 de la compagnie China Eastern Airlines. Il a ordonné le lancement immédiat d’une intervention d’urgence, des efforts soutenus de recherche et de sauvetage, et le règlement adéquat des conséquences de l’accident.

Selon l’agence de presse Xinhua, Xi Jinping a ordonné de prendre des mesures rapides pour identifier la cause du crash et de renforcer la refonte de la sécurité du secteur de l’aviation civile, afin de garantir la sécurité absolue du secteur et la vie des gens.

De son côté, le Premier ministre, Li Keqiang, a exhorté à des efforts pour consoler les familles des victimes et leur fournir une assistance, diffuser des informations précises en temps opportun, mener une enquête sérieuse sur l’accident, ainsi que prendre de fortes mesures pour renforcer la sécurité de l’aviation civile.

AUCUN SURVIVANT

D’après les premiers examens des données de l’accident, il semble peu probable que quelqu’un ait pu en réchapper vivant. Dans un communiqué, la compagnie aérienne, China Eastern Airlines, a « rendu hommage » aux « morts » de la catastrophe.

Selon le site spécialisé FlightRadar24, l’appareil a perdu en à peine une minute près de 21.250 pieds (6.477 m) avant de disparaître des écrans radar après 14h22 locales (06H22 GMT).

Après une brève remontée, il a plongé à nouveau, de 4.625 pieds (1.410 m), selon le traceur, pour se trouver à 3.225 pieds (983 m) du sol. Jean-Paul Troadec, ancien directeur du Bureau d’enquête et d’analyse pour la sécurité aérienne en France, a assuré à l’Agence France Presse qu‘il est « beaucoup trop tôt » pour tirer des conclusions, mais que les données de FligtRadar sont « très inhabituelles ».

Le vol MU5735 de la compagnie shanghaïenne China Eastern Airlines avait décollé peu après 13H00 locales (05H00 GMT) de la métropole de Kunming (Sud-Ouest). L’avion se rendait à Canton (Sud), à quelque 1.300 km.

Le 737-800, qui transportait 123 passagers et neuf membres d’équipage, a « perdu le contact au-dessus de la ville de Wuzhou » dans la région montagneuse du Guangxi, a indiqué l’administration chinoise de l’avion civile (CAAC).

UN ACCIDENT IMPRESSIONNANT

L’avion « a été pulvérisé », a raconté un riverain à un média local. Ce qui a « provoqué un incendie » dans la montagne, a indiqué la télévision publique CCTV, qui a diffusé des images des pompiers se dirigeant vers le site de l’accident à travers une zone montagneuse et arborée. Les secours ont éteint les flammes.

Depuis les Etats-Unis, la société Boeing a annoncé qu’elle allait « réunir davantage d’informations ». Selon le média financier Yicai Global, China Eastern a décidé sans attendre les résultats de l’enquête de suspendre tous ses 737-800 à compter de ce 22 mars.

A l’aéroport de Canton, les proches des passagers, certains en pleurs, ont été rassemblés dans une salle d’attente dédiée, a constaté l’AFP.

Les accidents d’avion sont relativement rares en Chine, bien que le trafic aérien s’est considérablement développé ces dernières décennies. La Chine possède des mesures de sécurité très strictes.

Le dernier accident majeur en Chine remontait à août 2010. Un vol de la compagnie chinoise Henan Airlines s’était écrasé dans le Nord-Est du pays et avait fait une quarantaine de morts.

Le bilan humain le plus lourd pour un vol commercial date de 1994. Un Tupolev 154 de China Northwest Airlines s’était écrasé peu après son décollage de Xi’an (Nord), tuant les 160 personnes à bord.

LE SITE DE L’ACCIDENT SCRUTÉ

Les secours font face à la pluie et la boue, ce 22 mars, pour rechercher des traces des 132 personnes. Ils font face à un environnement compliqué, car l’avion s’est écrasé dans une zone montagneuse du sud de la Chine, avec un terrain accidenté et une végétation dense.

Cependant, les corps et les effets personnels des passagers ont probablement été « entièrement brûlés » par l’explosion de l’appareil au sol, suivie d’un incendie, a déclaré à l’AFP une secouriste. La police bloquait l’accès au site de l’accident dans un village entouré de forêts et de rizières.

L’accident tombe mal pour le géant américain de l’aviation, Boeing, qui était sur le point de reprendre ses livraisons du 737 MAX, un autre type d’appareil suspendu début 2019 à la suite de deux catastrophes aériennes.

La société Boeing China a d’ailleurs indiqué qu’elle collaborait avec la compagnie China Eastern Airlines et offrirait un soutien. « Boeing China est en contact avec le Conseil national de la sécurité des transports (National Transportation Safety Board) aux Etats-Unis, et ses experts sont prêts à aider l’Administration de l’aviation civile de Chine à mener une enquête », selon la société.