Le ministère américain de la Justice a engagé le 17 mai des poursuites contre le magnat américain des casinos Steve Wynn pour qu’il se déclare comme «agent» de la Chine aux États-Unis.

Selon la justice américaine, Steve Wynn, 80 ans, a défendu les intérêts chinois lorsqu’il a rencontré Donald Trump et d’autres responsables de son administration en 2017. Il aurait tenté de les convaincre de révoquer le visa accordé à Guo Wengui, un homme d’affaires chinois en exil, après avoir été accusé par Pékin de fraude financière notamment.

Steve Wynn a mené «ces efforts à la demande de Sun Lijun, qui était alors ministre du MPS», le ministère chinois de la Sécurité publique, indique la justice américaine.

Auparavant, l’entreprise de Steve Wynn, Wynn Resorts Limited, possédait trois casinos à Macao, région semi-autonome chinoise. Le magnat américain a relayé la demande de Sun Lijun afin de «protéger ses intérêts commerciaux à Macao», a indiqué un document judiciaire.

Steve Wynn, qui a également possédé des casinos à Las Vegas et fut membre de la direction du parti républicain, a aussi eu «plusieurs conversations» avec des hauts responsables de la Maison Blanche «en vue d’organiser une rencontre avec Sun (Lijun) et d’autres responsables du gouvernement de la RPC», a indiqué le document.

Le magnat américain a refusé de s’enregistrer comme lobbyiste pour le compte de la Chine en raison d’une loi l’exigeant, a souligné la plainte.

Accusé d’agression sexuelle sur plusieurs employées de son groupe Wynn Resorts, Steve Wynn avait quitté en 2018 son poste de PDG, ainsi que démissionné de ses fonctions de responsable des finances du parti républicain.