Un habitant âgé de 39 ans est mort après un déplacement à Wuhan, épicentre de l’épidémie. Le gouvernement chinois vient d’annoncer 64 nouvelles victimes sur le territoire, admettant des «insuffisances» dans sa gestion de la crise sanitaire.

Après avoir dépassé, le 3 février, le cap symbolique du nombre de décès dus à l’épidémie de SRAS en 2002-2003 – 349 personnes tuées –, le bilan a atteint ce 4 février 425 morts sur le territoire chinois, selon la Commission nationale de la santé.

A Hong Kong, un homme atteint par le nouveau coronavirus est devenu la première victime de l’épidémie virale dans la mégapole, et la seconde hors de Chine continentale.

D’après l’administration hospitalière, l’homme de 39 ans était traité pour le coronavirus, mais son état de santé s’est «détérioré». Il s’était rendu en janvier dans la ville chinoise de Wuhan, épicentre de l’épidémie du nouveau coronavirus, avant de retourner à Hong Kong le 23 janvier à bord d’un train express.

De nombreux médias, citant des sources médicales, ont affirmé que la victime souffrait de problèmes de santé qui ont compliqué son traitement.

Jusqu’à présent, les Philippines – où est mort un Chinois de 44 ans originaire de Wuhan – et Hongkong sont les deux seuls territoires à avoir fait état de décès hors de Chine continentale.

A lire aussi : Un premier mort hors de Chine continentale

Hong Kong a annoncé le 3 février la fermeture de presque tous les points de passage terrestres avec la Chine continentale, ne laissant ouverts que deux ponts. De son côté, le gouvernement de Macao a annoncé, ce 4 février, la fermeture de l’ensemble de ses casinos pendant deux semaines, afin d’endiguer la propagation du nouveau coronavirus.

A Beijing, le gouvernement a reconnu des «insuffisances» dans sa réaction et a aussi admis compter sur le reste du monde pour répondre à la crise.

Le comité permanent du bureau politique du Parti communiste a demandé une amélioration du dispositif de réaction aux situations d’urgence à la suite d’«insuffisances et de difficultés apparues dans la réponse apportée à l’épidémie», d’après l’agence de presse, Xinhua.

« Ce dont la Chine a besoin d’urgence, ce sont des masques, des combinaisons et des lunettes de protection», a déclaré la porte-parole du ministère des affaires étrangères, Hua Chunying.