Alibaba compte lever au moins 5 milliards de dollars (4,05 milliards d’euros) au cours du mois de janvier, au moyen d’une émission obligataire, selon quatre sources informées du projet.

Cette émission, libellée en dollars, devrait permettre de tester l’appétit des investisseurs pour le géant chinois du commerce en ligne, alors que la filiale de services financiers Ant Group est sous le coup d’une enquête des autorités chinoises pour pratiques monopolistiques présumées.

Lire aussi : La Chine s’attaque aux monopoles et à la concurrence déloyale

Alibaba est aussi au cœur d’une tempête en raison de l’absence prolongée de la scène publique de son fondateur, Jack Ma. Ce dernier n’est plus apparu en public depuis un forum organisé, le 24 octobre à Shanghai. A cette occasion, Jack Ma avait critiqué la réglementation financière chinoise, ce qui avait entraîné la suspension de l’introduction en Bourse très attendue d’Ant Group.

Lire aussi : Le milliardaire Jack Ma a mystérieusement disparu

L’émission obligataire prévue par Alibaba, dont les contours ne sont pas encore fixés, pourrait permettre de lever jusqu’à 8 milliards de dollars (7,2 mds €) en cas de réponse favorable de la part des investisseurs, selon l’une des sources.

« Les investisseurs auront besoin de voir Jack Ma apparaître en public d’une façon ou d’une autre pour leur donner confiance afin que l’émission obligataire soit bien reçue », a déclaré un analyste spécialisé dans le crédit asiatique pour une banque européenne, sous couvert d’anonymat.

« Étant donné la situation actuelle, Alibaba devra offrir une prime aux investisseurs mais, sur le long terme, c’est toujours une entreprise dans laquelle il est intéressant d’investir », a-t-il ajouté.

Outre les autorités chinoises, l’empire de Jack Ma est aussi dans le collimateur de l’administration américaine. Donald Trump vient de signer un décret présidentiel interdisant aux entreprises américaines toute transaction avec huit applications chinoises dont Alipay, l’application de paiements d’Ant Group, a annoncé mardi la Maison blanche.