Le 17 mai, lors de la journée internationale contre l’homophobie, jeunes et moins jeunes ont célébré cette journée, à l’appel sur les réseaux sociaux de la mobilisation sous le hashtag «5.17IDAHO».

Dans le célèbre quartier d’art, plusieurs manifestants se sont réunis au 798 Art Zone à Beijing, muni de badges arc-en-ciel LGBT. Des personnes ont été arrêtées par les gardes de sécurité, qui leur ont demandé d’enlever les badges arc-en-ciel. Malgré tout, les activités célébrant cette journée internationale contre l’homophobie 2018 aura été sans précédent.

La police empêche les mobilisations publiques

De nombreux étudiants ont distribué dans les rues de la capitale des badges, des bracelets ou des prospectus, afin de montrer leur soutien au groupe LGBT. Cette vaste campagne nationale pour l’égalité des droits des personnes LGBT a attiré l’attention du gouvernement chinois, qui semble-t-il n’aurait pas apprécié de voir des étudiants  rejoindre le mouvement social.

Des étudiants de l’université de Wuhan ont même reçu un message d’avertissement de leurs conseillers académiques attestant que «l’événement LGBT est tenu par une organisation illégale qui pourrait être en collusion avec les puissances occidentales». Ils ont incité les étudiants à «surveiller leurs paroles et leurs comportements».

Kim, étudiant homosexuel de l’Université de Wuhan a expliqué à TheDiplomat que «certains enseignants ont dû être obligés de le dire». Ce dernier commence d’ailleurs à «penser que je devrais peut-être déménager dans d’autres pays, des endroits plus accueillants pour nous. J’aime mon pays, mais je ne sais pas comment je devrais réagir à cela».

La légalisation des droits LGBT reste encore un sujet tabou en Chine, malgré la médiatisation par des groupes LGBT chinois d’affaires juridiques portant sur la discrimination dans l’emploi et l’égalité du mariage. En avril 2018, la plateforme Weibo avait censuré les sujets en rapport avec les LGBT mais face aux réactions indignées des internautes, Weibo a retiré son interdiction.

Weibo ne censurera plus les contenus homosexuels

D’ailleurs, dans Le Quotidien du peuple, un éditorialiste a assuré que «les LGBT sont un groupe minoritaire de la société en ce qui concerne l’orientation sexuelle, et c’est l’obligation d’une société juste pour protéger les droits des minorités». Plusieurs personnes avaient interprété cet éditorial comme un signal que le gouvernement pourrait adoucir son attitude envers les droits des LGBT.

Cependant, les actions menées cette année lors de la Journée internationale contre l’homophobie a été officiellement interdite par de nombreux établissements publics. Pour Marshall Chen, consultant gay dans une start-up technologique de Beijing, «je ne crois pas ce qu’ils disent. Des choses comme ça étaient déjà arrivées plusieurs fois. On dirait presque qu’ils vous donnent des bonbons et vous disent de vous taire».

Un pas en avant deux pas en arrière

Après la décriminalisation de l’homosexualité en 1997, les associations LGBT ont consacré de nombreuses campagnes pour changer l’opinion publique envers les personnes LGBT.

Selon une enquête mondiale de 2013 sur les attitudes envers l’homosexualité, publié par le Pew Research Center, 32% des chinois de moins de 30 ans pensent que l’homosexualité devrait être acceptable, contre seulement 15% des 50 ans et plus.

Face à la pression des autorités, les associations de défense des droits des LGBTQ ne peuvent s’afficher clairement par peur des représailles. De ce fait, elles travaillent dans l’ombre pour changer les mentalités où trouver une action sociale à laquelle se rattachée pour pouvoir œuvrer.

De son côté, Siodhbhra Parkin, membre du Réseau mondial pour le droit de l’intérêt public (PILnet) à New York, a expliqué que «le public ne devrait pas sur-interpréter l’éditorial du Quotidien du Peuple. Ce pourrait être un signal montrant que le gouvernement n’a pas de problème avec les droits LGBT en tant que concept. Cependant, cela ne signifie pas que les autorités toléreront la mobilisation civile et l’activisme».

Yuan Cai, photographe indépendant à Shanghai, est homosexuel et célèbre au sein de la communauté en ligne LGBT pour ses prises de position pour les droits LGBT sur Weibo. Ce dernier a vu son compte weibo être censuré la veille de la Journée internationale contre l’homophobie.

«Les deux seules victoires réelles du mouvement LGBT en Chine sont la décriminalisation de l’homosexualité et sa séparation des troubles mentaux. Et tous les deux ont été accomplis sous la pression du monde international. Maintenant, la Chine est beaucoup plus forte et a décidé de s’occuper de la question des LGBT à sa manière. Personne ne sait ce qui va se passer. C’est peut-être bien, ou peut-être pire. La chance va toujours avec le risque. Nous devrions en profiter et parler pour nous-mêmes», a expliqué ce dernier à TheDiplomat.

Encore un long chemin pour les droits des LGBTQ