Malgré la marche arrière du réseau social Weibo sur le contenu à caractère homosexuel,  ont remporté une victoire en Chine, mais leur combat continue. Si un tollé contre la censure a fait plier de façon inédite un grand réseau social, les thèmes LGBT restent encore quasi-tabous à la télévision et au cinéma.

Le site de microblogs Weibo avait annoncé qu’il effacerait les contenus «avec des implications pornographiques, promouvant la violence ou (en rapport avec) l’homosexualité».

L’annonce a suscité de nombreux messages de protestation sur internet, même le Quotidien du peuple avait publié un article appelant à l’acceptation de l’homosexualité. Au final, Weibo a fait marche arrière cette semaine en retirant son interdiction.

«C’est une victoire et un signe plutôt positif» a commenté Xiao Tie, directrice du centre LGBT de la capitale, «mais le réseau social ne s’est pas excusé, donc le problème n’est pas complètement résolu. Et nous faisons toujours face à de nombreuses difficultés».

Le gouvernement a dépénalisé l’homosexualité en 1997, et l’a par la suite retirée la mention «homosexualité» de la liste des maladies mentales en 2001. Cependant, bien que le sujet ne soit pas tabou, les contenus montrant des histoires entre gays et lesbiennes ne parviennent pas à s’imposer dans les médias grand public.

«Aucune série télévisée ne doit montrer de relations sexuelles et de comportements anormaux, comme l’inceste, des relations entre personnes de même sexe, des perversions sexuelles, du harcèlement sexuel, des agressions ou des violences sexuelles», indiquait une circulaire officielle transmise aux chaînes de télévision, en 2016.

En 2017, les vidéos montrant des relations homosexuelles ont été bannies des plateformes de diffusion en streaming sur internet.

Weibo ne censurera plus les contenus homosexuels