Les Etats-Unis n’ont pas réussit à obtenir des Nations Unies, le 19 juillet l’arrêt de toute nouvelle exportation de pétrole cette année vers la Corée du Nord, suite aux demandes de complément d’information des diplomates russes.

Washington s’appuyait sur un rapport américain affirmant que Pyongyang a dépassé pour 2018 ses quotas d’importations fixés par des sanctions. La Russie et la Chine ont demandé aux Etats-Unis des informations complémentaires sur leur demande de cesser les exportations de pétrole.

Les deux pays asiatiques bloquent ainsi le processus engagé par Washington pour interdire l’envoi de produits pétroliers raffinés à Pyongyang.

«La Russie examine de près cette demande et cherche à avoir des informations supplémentaires sur chaque cas de transfert ‘illégal’ de pétrole vers la Corée du Nord dénoncé par les Etats-Unis», a indiqué une source anonyme à l’Agence France Presse.

«Nous cherchons aussi des explications sur la méthodologie utilisée pour calculer les volumes de pétrole ‘illégalement’ exporté», a indiqué cette source.

Les Etats-Unis ont affirmé devant les membres du Conseil de sécurité que «la Corée du Nord avait violé les quotas d’importation de pétrole raffiné pour 2018 fixés» par l’Organisation des Nations Unies en 2017, avec l’appui de transbordements illicites de cargaisons en mer.

Washington a fourni au Conseil de sécurité des photos satellitaires montrant des transbordements ayant accosté en Corée du Nord depuis début 2018. Ils ont également publié une liste de 89 navires.

En décembre 2017, des navires russes et chinois avaient été accusé de fournir des produits pétroliers à la Corée du Nord. Ces accusations venues de sources européennes avaient été réfuté par la Chine et la Russie.

Sur la base du rapport des services de renseignement américains, les Etats-Unis ont fait des hypothèses sur des cargaisons de pétrole présumées à bord de chacun des 89 navires, concluant que les quotas imposés par les sanctions pour cette année avaient été largement dépassés.

Washinton a réclamé au Conseil de sécurité que le Comité de sanctions chargé de la Corée du Nord «ordonne un arrêt immédiat de tous les transferts de pétrole raffiné à destination de la Corée du Nord».

Les diplomates chinois «pensent que les demandes légitimes de complément d’informations de leurs collègues russes sont raisonnables. Nous demandons aussi à la partie américaine de fournir des informations factuelles supplémentaires afin de faciliter pour tous les Etats l’étude de leur demande et d’aboutir à un jugement», a indiqué une autre source à l’AFP.