Le département d’État américain a indiqué le 19 août avoir notifié Hong Kong que les Etats-Unis avaient suspendu ou mis fin à trois accords bilatéraux avec la région administrative spéciale chinoise.

Cette décision est en réponse à l’adoption par la Chine d’une nouvelle loi de sécurité nationale pour Hong Kong, jugée trop répressive par les américains. Cette démarche intervient également après l’ordre de Donald Trump en juin de mettre fin au traitement préférentiel de Hong Kong.

Le but pour lui était de punir la Chine pour ce que le président américain a décrit comme des actes d’« oppression » contre Hong Kong.

Lire aussiStatut spécial de Hong Kong révoqué : qu’est ce que cela signifie?

Dans un communiqué, le département d’État américain a fait savoir que les accords ciblés avec Hong Kong concernait « la remise de délinquants fugitifs, le transfert de personnes condamnées et des exonérations fiscales réciproques sur des revenus provenant de l’exploitation internationale de navires ».

Les mesures soulignent « la profonde inquiétude » de Washington vis-à-vis de l’application par la Chine de la loi de sécurité nationale qui a « anéanti les libertés de la population de Hong Kong », a déclaré la porte-parole de la diplomatie américaine, Morgan Ortagus.

Les autorités de Hong Kong a déclaré que la décision américaine montrait « le manque de respect de l’administration actuelle pour le bilatéralisme et le multilatéralisme et doit être condamnée par la communauté internationale ».

Il s’agit de mesures considérées comme un moyen de « créer des troubles dans la relation entre la Chine et les Etats-Unis, en utilisant Hong Kong comme un pion », a ajouté le gouvernement hongkongais.

De son côté, Zhao Lijian, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a indiqué que « la Chine a décidé que sa Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong suspendrait un accord avec les Etats-Unis concernant l’assistance juridique mutuelle en matière d’affaires pénales ».

« Cette décision a été prise en réponse aux actes erronés de la partie américaine pour suspendre ou mettre fin à trois accords bilatéraux avec Hong Kong », a expliqué le porte-parole de la diplomatie chinoise.

Ce dernier a réitéré que les affaires de Hong Kong étaient des affaires intérieures de la Chine, qui ne laissent place à aucune ingérence étrangère. « La Chine demande à la partie américaine de corriger immédiatement sa décision erronée, d’arrêter de s’ingérer dans les affaires de Hong Kong et dans d’autres affaires intérieures de la Chine, et de ne plus continuer dans la mauvaise direction », a assuré Zhao Lijian.