Les États-Unis ont confirmé le 9 juillet une vente d’armes de plus de 2 milliards de dollars (1,76 mds €) à Taïwan, suscitant la colère de la Chine.

En pleine guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine depuis printemps 2018, Taïwan est de nouveau un enjeu majeur entre les deux puissances économiques mondiales.

Avec contrat d’armes à Taïwan, Washington a voulu assurer à Beijing que les États-Unis restent solidaires de la République de Chine (nom officiel de Taïwan) face à la politique chinoise vis-à-vis de l’île. Le ministère chinoise des affaires étrangers a exigé «l’annulation immédiate» de cette vente d’armes, en vain.

Ce contrat devrait renforcer la capacité de Taïwan «à faire face aux menaces régionales actuelles et futures» a estimé la Defense Security Cooperation Agency, qui est liée au ministère américain de la défense.

De son côté, le ministère taïwanais des affaires étrangères s’est félicité de cet accord, et a exprimé sa sincère gratitude aux Etats-Unis pour leur respect des engagements de sécurité contenus dans le Taiwan Relations Act (TRA) et les Six Assurances.

«Les ventes d’armes à Taiwan témoignent de l’appui du gouvernement américain aux besoins de la défense taïwanaise ainsi que de sa ferme détermination à continuer de respecter son engagement en matière de sécurité», a noté le ministère.

« Le gouvernement taïwanais est reconnaissant aux Etats-Unis d’avoir mis en place progressivement un mécanisme de normalisation des ventes d’armes à Taiwan afin que le pays puisse acquérir sans délai l’équipement nécessaire à sa défense et renforcer efficacement sa capacité de dissuasion« , a indiqué le ministère.

«Récemment, la Chine a poursuivi sa rhétorique d’intimidation et ses provocations militaires pour saper la paix et la stabilité dans la région. Taiwan est sous la pression et la menace de Pékin. L’achat de chars de combat M1A2 et de divers types de missiles revêt une grande importance pour l’amélioration des capacités de notre pays en matière d’autodéfense et la mise en œuvre du Concept de défense globale par nos armées», a écrit le ministère dans un communiqué.

Le président chinois Xi Jinping avait réaffirmé le 2 janvier 2019 sa volonté de réunifier Taïwan au continent chinois par tous les moyens possibles, en n’écartant pas une action militaire.

La Chine considère toujours Taïwan comme la 23ème province de la Chine, même si Taïwan et le continent chinois sont gouvernés séparément depuis 1949. Xi Jinping a également proposé à Taïwan de lui appliquer le concept d’«un pays, deux systèmes» à l’image de Hong Kong.

Face à cette situation régionale et mondiale tendue, Beijing dénonce le comportement de Washington qui, selon elle, «joue avec le feu» avec Taïwan. «La vente d’armes par les États-Unis à Taïwan est une grave violation des principes fondamentaux du droit international et des relations internationales», a assuré le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères.

«La Chine a exprimé son mécontentement, ainsi que son opposition résolue et a protesté officiellement auprès des États-Unis», a indiqué ce dernier. Beijing a remit une «protestation solennelle» à l’ambassadeur des États-Unis.