Malgré les tensions entre la Chine et les Etats-Unis, l’armée américaine va « continuer à voler, naviguer ou opérer partout où le droit international l’autorise », a déclaré Kurt Campbell.

Un haut responsable américain a déclaré ce 12 août que des navires et avions américains allaient effectuer de nouveaux passages dans le détroit de Taïwan «dans les prochaines semaines», malgré les tensions croissantes avec la Chine au sujet de Taiwan.

Les forces américaines «vont continuer à voler, naviguer ou opérer partout où le droit international l’autorise», a affirmé Kurt Campbell, coordinateur de la Maison-Blanche pour l’Asie-Pacifique. Une «feuille de route ambitieuse» sur le commerce sera dévoilée «dans les prochains jours», a-t-il ajouté.

Le conseiller du président américaine Joe Biden a affirmé que la Chine avait utilisé la récente visite controversée de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi à Taïwan pour tenter de bouleverser le statu quo concernant la situation de l’île. Cette visite était «cohérente» avec la politique de Washington, et la Chine a «surréagi», a-t-il jugé.

Retrouvez l’ensemble des articles autour de la visite de Nancy Pelosi à Taiwan

Selon lui et l’administration taiwanaise, Pékin a utilisé ce prétexte pour «lancer une campagne de mise sous pression contre Taïwan afin de changer le statu quo, mettant en péril la paix et la stabilité à travers le détroit de Taïwan». Les actions de la Chine «continuent d’être provocatrices, déstabilisantes et sans précédent», a affirmé Kurt Campbell.

Pékin a rapidement réagit après la visite à Taïwan, début août, de la président de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, lançant des exercices aériens et maritimes de plusieurs jours autour de l’île. En réponse, les États-Unis ont réaffirmé leur engagement dans la région.

Kurt Campbell a déclaré que l’administration Biden «continuerait de renforcer [ses] liens avec Taïwan, notamment en continuant de faire progresser [leurs] relations économiques et commerciales».

Critiquant la décision de la Chine d’arrêter sa coopération avec les États-Unis concernant le climat, le conseiller a affirmé que Washington continuait de garder les canaux de communication «ouverts» avec Pékin.