L’île Maurice a accueilli son premier Institut Confucius, à Moka en partenariat avec l’Université Sci-Tech du Zhejiang et l’Université de Maurice.

L’Institut Confucius situé à Maurice est une initiative conjointe entre. C’est une première du genre dans la nation insulaire. Le vice-président de l’île Maurice, Paramasivum Pillay, et l’ambassadeur de Chine, Li Li étaient parmi les dignitaires présents à l’inauguration.

L’ouverture de cet institut est une première. Pour Li Li, ambassadeur de Chine à Maurice, « la culture chinoise est un élément important de la culture mauricienne, mais elle a besoin d’une plate-forme pour se développer. L’établissement de l’Institut Confucius fournira cet espace« .

D’autant plus que l’île Maurice et l’Empire du milieu entretiennent « des relations diplomatiques avec la Chine depuis 44 ans. Outre les liens commerciaux et économiques, les 2 pays partagent une longue histoire d’échanges culturels. L’Institut Confucius fournit une plate-forme aux citoyens pour en apprendre davantage sur la langue et la culture chinoises ».

La construction de celui-ci a démarré en 2006, mais a dû faire face à « plusieurs obstacles, y compris des défis environnementaux », a expliqué Tan Xudong, président de l’Institut Confucius de Maurice.

Ce dernier a expliqué que Maurice « compte environ 1 300 000 personnes, y compris des descendants de l’Inde et du Pakistan et 30 à 40 000 personnes d’origine chinoise. Elles sont à Maurice depuis plusieurs générations et beaucoup ont oublié la langue chinoise ».

« Les gens parlent chinois, nous fournissons des enseignants chinois et du matériel didactique. Il ne s’agit pas seulement de Chinois, mais des étudiants issus d’autres groupes ethniques veulent aussi apprendre la langue, car ils estiment qu’elle joue un rôle vital dans leur avenir« , a indiqué ce dernier.

L’institut dispensera des cours de mandarin et resserrera les liens entre la Chine et Maurice, d’après les discours des officiels présents lors de l’ouverture des portes le 14 décembre.

Romeela Mohee, directeur de l’université de Science et Technologie de Zhejiang (ZSTU), a indiqué lors de la cérémonie que « cet institut offrira l’apprentissage du mandarin et un partenariat entre l’UoM et la ZSTU ». En effet, le partenariat avec la ZSTU permettra de créer des liens professionnels entre les enseignants et les étudiants de l’UoM.

Après une longue période de nagociations, un accord bilatéral a été signé en mars 2016pour que le campus du Réduit accueille l’Institut Confucius, permettant ainsi selon Jean-Claude Autry, chancelier de l’université, de « resserrer les liens culturels » et économiques.

L’objectif est donc de former les mauriciens au mandarin, afin d’améliorer l’accueil des touristes chinois, dont l’objectif de 100 000 est toujours d’actualité. Et les autorités souhaitent ainsi confirmer leur statut de plateforme Chine-Maurice-Afrique.

Romeela Mohee, vice-chancelière de l’université, a d’ailleurs expliqué que l’UoM avait pour ambition d’être une « plateforme de connaissances » entre l’Asie et l’Afrique.

De son côté, l’ambassadeur de Chine à Maurice, Li Li, a alors souligné que la coopération entre Maurice et la Chine s’est multipliée : « mais pour moi, la coopération dans le secteur de l’éducation l’emporte car cela touche directement la jeunesse, l’intelligence du pays ».