D’après un sondage commandé par le ministère des Affaires continentales, à Taipei, la majorité des taïwanais estiment qu’il est important de « reprendre dès que possible le dialogue et des visites officielles, sans pré-condition politique« .

Le sondage a été réalisé du 12 au 16 janvier 2017, par le Centre des études électorales de l’Université nationale Chengchi, à Taipei, auprès de 1 073 personnes.

Tsai Ing-wen vs Xi Jinping

Parmi elles, 86,2% estiment que « les droits et le bien-être des habitants de l’île et de la Chine continentale devraient être au centre des discussions », sans considération politique.

En effet, 83,1% pensent que les considérations politiques ne devraient pas jouer de rôle dans ces échanges. Pour 80% d’entre eux, Taipei et Beijing partagent la responsabilité de maintenir la paix et la stabilité à travers le Détroit.

Cependant, alors que tous s’accordent à dire qu’il est indispensable de dialoguer avec la Chine continentale, 73% promouvoir les relations extérieures est aussi important que de développer des relations avec la Chine continentale, et 83,4% déclarent que la Chine continentale ne devrait pas s’immiscer dans la participation de Taïwan aux affaires internationales.

Par ailleurs, 73,6% d’entre elles considèrent que « la tension et les pressions causées par Beijing  ne sont pas de bon augure pour le développement à long terme des relations entre les deux rives », a indiqué le ministère dans un communiqué.

85% des personnes interrogées pensent que Taipei et Beijing devraient mettre de côté les préjugés et rechercher un nouveau modèle d’interaction. Et pour cause, l’an dernier, un sondage a été réalisé par United Daily News, entre le 15 et le 19 Février 2016,  auprès de 1 019 personnes.

Parti pro-démocrate

Les résultats ont montré que le ratio de ceux s’identifiant à « la citoyenneté taïwanaise » avait progressé en moyenne à 73% des citoyens (dont 85% dans les tranches de 20 à 29 ans), contre 44% lors d’un sondage similaire datant de 1996.

En parallèle, le ratio de ceux s’identifiant comme « chinois » baisse à 11% de la population, contre 31% il y a 20 ans. Toutefois, selon ce sondage, 10% s’identifient « taïwanais et chinois », 1% déclarent que « les taïwanais sont des chinois« , et 6% refusent de se prononcer.

Depuis quelques années, les taïwanais souhaitent préserver leur identité et culture. La victoire janvier 2016 de Tsai Ing-wen, du Parti Démocrate et Progressiste, qui prône l’indépendance montre à quel point l’identité taïwanaise est enracinées. De plus,  la montée en puissance des partis politiques indépendantistes et pro-démocrates mettent en évidence un électorat désireux de « protéger son identité, autour de l’entité politique taïwanaise, à commencer par la démocratie » a expliqué Jean-Pierre Cabestan, sinologue à l’Université baptiste de Hongkong, au quotidien Le Temps.