Nouvelle controverse entre la Chine et Donald Trump. Une délégation de Taïwan, dirigée par l’ancien Premier ministre, Yu Shyi-kun, participera à l’investiture de Donald Trump à la Maison Blanche.

Selon le ministère taïwanais des affaires étrangères, « l’envoi de cette délégation répond à la bonne volonté manifestée par les Etats-Unis par l’envoi d’une délégation à l’investiture de la présidente de la République, Tsai Ing-wen, à Taipei le 20 mai 2016 ».

Le communiqué du ministère a indiqué que « cela illustre aussi l’importance que le gouvernement et le peuple de la République de Chine (Taïwan) attache au maintien de relations bilatérales étroites et amicales ». Mais pour le ministère chinois des affaires étrangères, « les Etats-Unis ne devraient pas autoriser la délégation taïwanaise à assister à l’investiture du président Donald Trump ».

Le milliardaire américain a rompu près de quarante années de diplomatie, en acceptant un appel téléphonique de félicitations de la dirigeante taïwanaise Tsai Ing-wen, avant de déclarer que le principe d’une Chine unique était négociable.

Raison pour laquelle, la visite à Washington de cette délégation suscite la polémique entre la Chine et l’équipe du prochain président, investit le 20 janvier. Cependant, il faut noter que Taipei envoie traditionnellement une délégation aux inaugurations présidentielles américaines.

A Taïwan, les dirigeants se disent « convaincus que les deux parties s’appuieront sur les solides fondations forgées par la confiance mutuelle et des échanges positifs pour faire progresser encore davantage les liens bilatéraux ».

Un porte-parole du bureau de la présidente taïwanaise a tout de même souligné qu’aucune réunion n’était prévue avec la nouvelle administration Trump tant que la délégation était là pour l’événement.

Mais la porte-parole du ministère chinois, Hua Chunying, a réitéré son opposition, assurant que « la Chine était opposée à ce que Taïwan envoie une délégation aux Etats-Unis sous quelque prétexte que ce soit, pour s’engager dans des activités visant à perturber ou à endommager les liens sino-américains ».

« Nous demandons à nouveau aux Etats-Unis de ne pas permettre à l’autorité de Taïwan d’envoyer une soi-disant délégation assister à l’investiture présidentielle, et de ne pas avoir de contact officiel avec Taïwan », a indiqué cette dernière.

Hua Chunying a assuré que l’ambassadeur de Chine aux Etats-Unis, Cui Tiankai, participera à l’inauguration en son nom. Et l’administration du président sortant Barack Obama a tenté de renforcer à plusieurs reprises l’engagement des États-Unis envers la politique d’une seule Chine, depuis l’appel de Donald Trump à Tsai Ing-wen et les nombreuses déclarations contre Beijing.