L’armée taïwanaise a entamé des exercices militaires simulant une attaque venue de la Chine continentale. L’objectif est de rassurer la population en raison d’un contexte de plus en plus dégradé entre Beijing et Taipei.

« L’armée a pris des mesures pour gérer la situation dans le Détroit de Taïwan et en mer de Chine méridionale« , a déclaré le porte-parole du ministère de la Défense, Chen Chung-chi. « La population peut être rassurée » a ajouté ce dernier.

Pour cela, des cars, hélicoptères et pièces d’artillerie ont mobilisés pour ces exercices qui se sont retrouvés dans une situation où des vaisseaux chinois franchiraient la ligne médiane du bras de mer séparant l’île de la Chine.

Ces manœuvres interviennent une semaine après le passage dans le Détroit du seul porte-avions chinois. Ce passage a été interprété comme une démonstration de force de Beijing après la rencontre entre des dirigeants du Parti républicain  aux Etats-Unis et la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen.

Retourné dans le giron de la Chine continentale depuis la fin de la guerre civile en 1949, l’île se gouverne seul sans pour autant être reconnu par les Nations Unies. Raison pour laquelle, les autorités chinoises refusent à tout pays avec lequel elle a des relations diplomatiques d’en avoir simultanément avec Taïwan, sur la base du principe d’une « seule Chine ».

D’ailleurs, Beijing n’a jamais renoncé à la possibilité de recourir à la force pour rétablir sa souveraineté sur l’île, séparée politiquement du Continent depuis 1949. Mais avant d’en arriver à ce stade, les responsables chinois appellent au respect du Consensus de 1992, ainsi qu’aux négociations et au dialogue entre les deux rives.

Particulièrement entre dirigeants et entre l’Association pour les relations entre les deux rives du détroit de Taiwan (ARATS), et la Fondation pour les échanges entre les deux rives du détroit de Taiwan (SEF).