Le premier ministre canadien a accusé la Chine de mettre en œuvre une «diplomatie coercitive», la Chine a rapidement réagi par l’entremise du porte-parole du ministère des affaires étrangères.

Wang Wenbin, porte-parole du ministère des affaires étrangères, l’arrestation du consultant Michael Spavor et de l’ex-diplomate Michael Kovrig en Chine n’a rien à voir avec la détention au Canada de la directrice financière de Huawei.

« Les citoyens canadiens concernés avaient été arrêtés et poursuivis par les organes d’application de la loi en Chine, conformément à la loi, parce qu’ils étaient soupçonnés d’avoir commis des crimes mettant en danger la sécurité nationale, tandis que Meng Wanzhou avait été détenue sans motif au Canada pendant plus de 700 jours sans avoir violé aucune loi canadienne », a indiqué Wang Wenbin.

Actuel Premier ministre du Canada, Justin Trudeau

Lors d’une conférence de presse, Justin Trudeau a indiqué que son pays allait travailler «avec les alliés du monde entier pour faire pression sur la Chine concernant la détention arbitraire de deux citoyens canadiens. (Son) approche d’une diplomatie coercitive est inefficace et très préoccupante» a-t-il ajouté.

Les déclarations de Justin Trudeau interviennent après un entretien téléphonique avec le vainqueur de la présidentielle américaine du 03 novembre dernier, Joe Biden. Wang Wenbin a déjà fait savoir que c’est plutôt la détention de sa compatriote Meng Wanzhou par le Canada, qui est arbitraire.

«Ce que font les autorités canadiennes avec Meng Wanzhou , c’est ça qui s’appelle de la détention arbitraire… Mme Meng Wanzhou, elle, est détenue sans raison depuis plus de 700 jours, sans avoir violé aucune loi canadienne» a-t-il déclaré.

Wang Wenbn a précisé : « il y a de plus en plus de preuves montrant que les forces américaines et canadiennes chargées de l’application de la loi sont soupçonnées d’abus de procédure et d’interrogatoire illégal de Mme Meng, tandis que le Canada a refusé de rendre publiques des preuves essentielles de l’affaire ».

« Cela expose pleinement la nature politique de l’affaire », selon lui. Les Etats-Unis réclament l’extradition de Meng Wanzhou. En avril 2021, la justice canadienne dira si elle accède à la demande de Washington. Une audience finale est en effet prévue au cours du mois de novembre pour statuer sur la question.

Les avocats de Meng Wanzhou soutiennent pour leur part qu’elle a été victime d’une conspiration des Etats-Unis et du Canada. En effet, selon ses conseils, le Canada et les États-Unis se sont entendus pour retarder l’arrestation de Meng Wanzhou.

Le but de cette conspiration visait à obtenir des informations pouvant permettre aux USA d’inculper leur cliente pour fraude. « Nous exhortons une fois de plus la partie canadienne à faire face à la cause fondamentale du problème, qui ne pourra jamais être résolue en dissimulant la vérité et en trompant le public », a ajouté Wang Wenbin.