Lors d’une conférence de presse hebdomadaire, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hua Chunying a indiqué que son gouvernement « a demandé aux pays concernés de considérer l’épidémie du nouveau coronavirus de manière rationnelle et calme et de former des réponses mesurées et basées sur la science ».

Hua Chunying, porte parole ministre aff étran

Hua Chunying a réagit aux décisions prises par certains pays de restreindre l’entrée des citoyens chinois sur leur territoire. Parmi ces pays, les Etats-Unis ont augmenté leurs recommandations aux voyageurs pour la Chine et ont temporairement interdit l’entrée de tous les étrangers ayant voyagé en Chine au cours des 14 derniers jours à compter du 2 février.

Hua Chunying a indiqué que le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, avait indiqué que « la déclaration d’une urgence de santé publique de portée internationale n’était pas un vote de défiance à l’égard de la Chine. Au contraire, l’OMS continue d’avoir confiance dans la capacité de la Chine à contrôler l’épidémie. Il n’y a aucune raison d’adopter des mesures inutiles en restreignant le commerce et les voyages internationaux ».

Notant que la plupart des pays soutiennent les efforts de la Chine pour lutter contre le nouveau coronavirus, 2019-nCoV, la porte-parole a déclaré que « la Chine comprenait et respectait leur décision d’adopter des mesures de quarantaine aux entrées à la frontière ».

« Cependant, certains pays, en particulier les Etats-Unis, ont réagi de façon excessive et inappropriée, ce qui va certainement à l’encontre des conseils de l’OMS », a souligné cette dernière.

« Le gouvernement américain ne nous a fourni aucune aide substantielle et était le premier à évacuer le personnel de son consulat à Wuhan, le premier à suggérer un retrait partiel de son personnel de l’ambassade et le premier à imposer une interdiction de voyage globale sur les voyageurs chinois. [Les actions des Etats-Unis] peuvent non seulement créer et répandre la terreur, mais aussi donner un mauvais exemple aux autres », a souligné la porte-parole.

D’après Hua Chunying, médias et experts américains « pensent que les restrictions du gouvernement américain sur la Chine sont exactement ce que l’OMS rejette, que les Etats-Unis passent d’une confiance excessive à une réaction excessive et que l’interdiction d’entrée des étrangers ayant voyagé en Chine au cours des 14 derniers jours est susceptible d’enfreindre les droits civils plutôt que de réduire le risque de propagation du virus ».

Citant le rapport des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) des Etats-Unis, selon lequel la grippe pendant la période 2019-2020 avait causé 19 millions de cas d’infection et fait au moins 10.000 morts aux Etats-Unis.

En revanche, selon le bilan établi le 2 février, 20.438 cas d’infection au nouveau coronavirus (2019-nCoV) ont été confirmés en Chine, avec 425 décès, et 475 rétablissements, tandis que seulement onze cas confirmés ont été rapportés aux Etats-Unis.

« Le contraste porte à réfléchir », a assuré la diplomate. Raison pour lesquelles, la porte-parole a noté que « face à une crise de santé publique, les pays devaient travailler ensemble pour surmonter les difficultés, au lieu d’adopter des politiques protectionnistes, voire de tirer profit des difficultés d’autrui ».

« Nous espérons que les pays concernés adopteront des jugements et réponses raisonnables, calmes et basées sur les faits », a déclaré la porte-parole, concluant que « nous avons la confiance et la capacité nécessaires pour remporter cette bataille le plus tôt possible ».