Des candidats pro-démocrates excluent des élections à Macao

par | Août 3, 2021 | Macao, RÉGIONS SPÉCIALES

«La Chine s’oppose fermement à l’ingérence de toute force extérieure dans les affaires de la Région administrative spéciale (RAS) de Macao et dans les affaires intérieures de la Chine», a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Le 31 juillet, la Commission des affaires électorales de Macao a disqualifié tous les candidats pro-démocratie cherchant à se présenter aux élections législatives du 12 septembre.

REJET DES CANDIDATURES PRO-DÉMOCRATIE

Assemblée législative de Macao

Tong Hio Fong, président de la commission, a déclaré aux journalistes lors d’une conférence de presse convoquée à la hâte que l’organisme avait trouvé des «preuves» indiquant que plus de 20 candidats n’étaient pas qualifiés pour participer aux élections parce qu’ils «ne respectaient pas la Loi fondamentale» et «ne pas fidèle» au gouvernement de Macao.

Interrogé sur les preuves, Tong Hio Fong a déclaré qu’il avait obtenu « des informations pertinentes du bureau de la sécurité nationale » qui lui ont permis de prendre sa décision, mais il a refusé de divulguer des détails, attestant que des procédures judiciaires sont en cours.

Tong Hio Fong n’a mentionné aucun des candidats nommément, mais tous les députés pro-démocrates souhaitant se faire réélire auraient été disqualifiés. Parmi eux, Antonio Ng Kuok Cheong, Jose Maria Pereira Coutinho et Sulu Sou Ka Hou ont déposé leur candidature afin de se représenter aux élections législatives du 12 septembre.

Le parti pro-démocratie, New Macao Progressive Association a déclaré sur sa page Facebook qu’elle avait reçu une notification officielle de la commission électorale que ses cinq candidats « ne jouissent pas du droit d’être élu ».

Le parti – dont les membres incluent Sulu Sou Ka Hou, le plus jeune législateur à avoir été élu lors des précédentes élections en 2017 – a déclaré qu’il recueillait davantage d’informations tout en se préparant à « une nouvelle procédure administrative et juridique ».

Scott Chiang, qui cherche à succéder au législateur vétéran pro-démocratie Au Kam San, a déclaré sur sa page Facebook que « la grosse pierre a été lâchée pour tuer les crabes », suggérant que les autorités tentaient de briser les espoirs électoraux du camp pro-démocratie.

AMÉRICAINS ET EUROPÉENS DÉNONCENT CETTE DISQUALIFICATION

La législature de Macao se compose de 33 membres, mais seulement 14 sont élus par le vote populaire. Pour être candidats, les députés doivent passer par un processus de contrôle séparé, mais depuis la rétrocession de Macao par le Portugal à la Chine en 1999, le camp pan-démocratique  a été autorisé à participer aux élections une fois tous les quatre ans.

Parmi les députés restants, 12 sont choisis dans des circonscriptions fonctionnelles basées sur cinq groupes commerciaux et sociaux, tandis que sept sont nommés par le directeur général.

 Pour les porte-paroles du Département d’État des Etats-Unis et du Service européen pour l’action extérieure, cette décision est une disqualification injustifiée des candidats.

«Les autorités de Macao ont disqualifié 21 candidats de la gestion des élections de l’Assemblée législative en septembre. Il s’agit d’une étape néfaste qui gère les droits des droits garantis dans la loi fondamentale de Macao. Il sape le pluralisme politique et limite le débat démocratique», a écrit l’Union européenne dans un communiqué de presse.

Cette dernière «appelle à des droits et libertés protégés à respecter dans la région administrative spéciale de Macao (SAR) et pour les élections de l’Assemblée législative de septembre pour être ouvertes aux candidats de l’ensemble du spectre politique».

LA CHINE ATTESTE DU RESPECT DE LA LOI

Selon le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, la Chine déplore et rejette le fait que des parties concernées ont à maintes reprises fait des commentaires injustifiés sur les affaires des Régions administratives spéciales de Hong Kong et de Macao de la Chine.

«Leurs démarches sont en grave violation du droit international et des normes fondamentales régissant les relations internationales», a souligné le porte-parole.

«Soutenir la Loi fondamentale de la RAS de Macao de la République populaire de Chine et prêter allégeance à la RAS sont les exigences légales pour les membres de l’Assemblée législative», a indiqué le porte-parole.

Selon lui, la décision rendue par la Cour d’appel finale de la RAS de Macao, basée sur les lois et les faits, a mis en œuvre le principe fondamental des « patriotes administrant Macao » et sauvegardé l’ordre constitutionnel tel qu’il est établi par la Constitution et la Loi fondamentale.

Cette décision a également préservé l’élection solennelle du septième mandat de l’Assemblée législative de Macao de toute irrégularité, et a démontré la justice et l’autorité judiciaires de la RAS de Macao. « La décision pertinente est soutenue par tous les secteurs à Macao, et nous la soutenons fermement », a affirmé le porte-parole.

Depuis le retour de Macao, le principe « un pays, deux systèmes » a fait des progrès remarquables, a attesté Zhao Lijian. «Les droits et libertés très étendus dont jouit la population de Macao sont pleinement protégés par la loi. Ces faits ne doivent pas être déformés», a noté le porte-parole.

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :