Des parlementaires de l’opposition ont jeté le 27 novembre des abats de porc au sein de l’assemblée législative de Taïwan, en signe de protestation contre la décision du gouvernement d’assouplir les restrictions sur les importations de cette viande en provenance des États-Unis.

Le Parlement de Taïwan est réputé pour être fréquemment le théâtre de scènes d’affrontements chaotiques entre élus des deux camps politique. Le 27 novembre, des échauffourées d’un nouveau type ont eu lieu.

Les membres du parti d’opposition Kuomintang (KMT) ont répandu au sol des seaux contenant des abats de porc avant de lancer sur leurs adversaires des intestins, des cœurs, des foies et tout un tas d’autres organes.

Le gouvernement de Taïwan a récemment annoncé sa décision d’autoriser, à partir du 1er janvier, les importations de porc américain contenant de la ractopamine. Cet additif est utilisé dans le porc et d’autre viande, il contribue à rendre la viande plus maigre.

Mais il est interdit en Chine et dans l’Union européenne. Or Washington a souligné que les importations de porc et de bœuf sont un des principaux obstacles à la signature d’un accord commercial entre les Etats-Unis et Taïwan.

La dirigeante de Taïwan, Tsai Ing-wen, et son Parti démocratique progressiste (PDP), détenant une large majorité au Parlement, espèrent qu’un tel assouplissement permettra d’aboutir à la conclusion de cet accord.

Or de nombreux taïwanais sont opposés à ces importations de porc américain et le KMT s’est saisi de la question après une série de défaites électorales. Dernièrement, des membres du KMT ont rejoint des dizaines de milliers de personnes qui participaient à un rassemblement syndical annuel. Le refus de l’importation de cette viande faisait partie des principales revendications.

L’industrie nationale du porc de Taïwan craint la concurrence des États-Unis. Avant d’arriver au pouvoir, le DPP avait mené une campagne contre la ractopamine, pour le KMT le gouvernement est hypocrite, car capable de tout pour signer avec les Etats-Unis.

Le parti au pouvoir soutient que cet additif ne constitue pas une menace pour la santé et que l’accord renforcera les liens entre Taïwan et les les États-Unis, un partenaire commercial précieux et un allié stratégique contre la Chine.

«Nous sommes désolés de jeter des abats de porc au Parlement, mais c’est pour mettre en lumière la question du porc», a déclaré Lin Wei-chou, un parlementaire de l’opposition à la presse. Lin Chu-yin, une élue du DPP, a écrit sur son compte Facebook: «le parti d’opposition a le droit de protester, mais il ne devrait pas gaspiller de la nourriture».