La Chine aurait érigé un village et un dépôt d’approvisionnement le long d’une frontière contestée avec l’Inde et le Bhoutan, selon des médias américains.

La Chine aurait construit un large bunker le long d’une frontière contestée avec l’Inde et le Bhoutan, selon les imagées satellites prises par une entreprise américaine et relayée par la chaîne CNN.

Ce nouveau village est haut dans les montagnes, entre la région chinoise du Tibet et le royaume du Bhoutan. « Il y a clairement eu une activité de construction importante cette année » dans la région de Doklam, a précisé la société Maxar Technologies, à l’origine de ces clichés.

Le général Vetsop Namgyel, ambassadeur du Bhoutan en Inde, a contesté toute présence d’un «village chinois à l’intérieur du Bhoutan». Des experts chinois ont également démenti les affirmations de Maxar Technologies.

La région de Doklam, une ligne de terre bordant les trois pays, est revendiqué par la Chine et le Bhoutan. Elle possède une importance stratégique pour l’Inde, car elle se situe à proximité du corridor de Siliguri, une artère vitale entre New Delhi et les huit États du nord-est du pays.

Cependant, de nouvelles données attestent qu’une centaine de personnes ont emménagé dans deux douzaines de nouvelles maisons au bord de la rivière Torsa et ont célébré la fête nationale, en hissant le drapeau chinois et en chantant l’hymne national.

«Chacun de nous est une coordonnée de la grande patrie», a déclaré un garde-frontière cité par China Tibetan News. Selon certains médias, le village serait à plus d’un kilomètre à l’intérieur de ce que le Bhoutan considère comme son territoire.

La construction, documentée sur des photos satellites, fait suite à un livre de jeu que la Chine utilise depuis des années. Il a écarté les revendications de souveraineté des voisins pour consolider sa position dans les différends territoriaux en modifiant unilatéralement les faits sur le terrain.

La construction du village himalayen suggère que la Chine a étendu une campagne plus large pour fortifier ses flancs sud pour inclure le Bhoutan, la nation bouddhiste de 800 000 habitants qui a popularisé le concept de «bonheur national brut».

Le sanctuaire de faune de Sakteng est un sanctuaire de faune situé principalement dans le district de Trashigang et traverse juste la frontière dans le district de Samdrup Jongkhar , au Bhoutan. C’est l’une des aires protégées du pays et est inscrit comme site provisoire sur la liste indicative du Bhoutan pour inclusion à l’UNESCO.

Durant la construction, la Chine aurait ajouté une nouvelle revendication de près 777 km² de territoire dans le Sanctuaire de faune de Sakteng, une réserve de l’autre côté du Bhoutan d’où le village a été construit.

«Les Chinois semblent manifestement perdre patience», Tenzing Lamsang, rédacteur en chef du journal The Bhutanese et président de l’Association des médias du Bhoutan, écrit sur Twitter.