Plusieurs médias ont récemment bloqué ou supprimé des contenus liés ayant un lien avec les LGBT, après la fermeture par Sina Weibo d’une communauté de lesbiennes en ligne, provoquant une forte controverse.

D’après le quotidien conservateur, Global Times, The Daily Q, un magazine en ligne, a supprimé sa colonne « LGBT« , bien que certains articles sont toujours consultables. Un ancien rédacteur du quotidien a confirmé auprès du Global Times que la colonne avait été supprimée, mais il ne disposait pas d’informations supplémentaires sur la décision.

Q Daily avait des rapports détaillés et approfondis sur les sujets LGBT. Cette fermeture est une grande perte pour le public de connaître et de comprendre les minorités sexuelles de manière objective, a déclaré Peng Yanhui, fondateur de la défense des droits des LGBT en Chine, au Global Times.

D’autres plateformes, comme le site de streaming Bilibili et le site Douban, ont également supprimé leur catégorie liée au LGBT.

A cela s’ajoute l’absence de résultat vis-à-vis de la recherche des mots gais et lesbiennes en chinois et en anglais sur Bilibili. Une recherche « LGBT » a toutefois révélé une longue liste de vidéos. Mais Douban a supprimé un film sur les luttes des membres de la communauté LGBT qui sont sortis.

Lin Min, directeur du département des relations publiques de Douban, a déclaré que l’entrée n’avait pas été supprimée en raison de son contenu LGBT, sans pour autant expliquer pourquoi elle avait été supprimée. D’autres publications et groupes de discussion sur la communauté LGBT sont toujours accessibles, a souligné ce dernier.

« Couper les canaux d’information pourrait augmenter l’incompréhension et la discrimination« , a déclaré Peng Yanhui. Cependant, toutes les plateformes en ligne n’ont pas bloqué ou supprimé le sujet et les conversations.

Certains analystes disent que la société a accepté les minorités sexuelles et les discussions sur les sujets LGBT sont désormais ouvertes. « En raison de la culture et des traditions de la Chine, la Chine a son propre rythme pour créer un environnement favorable aux personnes LGBT« , a assuré Peng Xiaohui, sexologue à l’Université normale centrale de Chine, au Global Times.

Ce dernier a indiqué que « les plates-formes doivent prendre en compte le public dans le traitement du contenu de la communauté LGBT et l’évolution du sujet pourrait induire en erreur les jeunes, qui pourraient considérer les identités LGBT comme étant à la mode et s’en vanter« , at-il déclaré, l’orientation sexuelle devant être une affaire privée.