Le Center for Strategic and International Studies a estimé que toutes les parties impliquées directement dans un tel conflit, c’est-à-dire les États-Unis, la Chine, Taïwan et le Japon, allaient subir des pertes «énormes».

Une invasion de Taïwan par la Chine serait probablement vouée à l’échec si les États-Unis venaient à défendre l’île, selon le cercle de réflexion américain. Ce dernier a publié un rapport le 9 janvier, intitulé « The First Battle of the Next War: Wargaming a Chinese Invasion of Taiwan », mettant en avant les coûts financiers que subiraient les forces américaines.

Des experts militaires, rassemblés par le Center for Strategic and International Studies, ont mené une simulation de guerre, qui a abouti à une possibilité : chaque partie impliquée directement dans un tel conflit (États-Unis, Chine, Taïwan et Japon) subirait des pertes « énormes ».

Selon eux, « les États-Unis et leurs alliés perdent des dizaines de navires, des centaines d’avions et des milliers de personnel. Les pertes élevées nuiraient à la position mondiale des États-Unis pendant de nombreuses années. Alors que l’armée taïwanaise est intacte, elle est gravement dégradée et laissée pour défendre une économie gravement endommagée sur une île sans électricité ni services de base. La marine chinoise est en ruine, le noyau de ses forces amphibies est brisé et des milliers de soldats sont faits prisonniers ou de guerre ».

« Nous sommes arrivés à deux conclusions», a déclaré Eric Heginbotham, un expert en sécurité au Massachusetts Institute of Technology (MIT) :

  • « Premièrement, dans la plupart des cas, la Chine a peu de chances de réussir et d’atteindre ses objectifs opérationnels, ou d’occuper Taïpei », la capitale de Taïwan.
  • « Deuxièmement, le coût de la guerre serait élevé pour tous ceux impliqués, et certainement pour les États-Unis ».

La simulation a testé 24 scénarios différents, mettant chacun en scène des tentatives de la Chine de s’emparer de Taïwan par la force d’ici 2026. Le degré d’implication des États-Unis serait – selon eux – déterminant : sans aide américaine pour défendre Taïwan, l’île serait conquise par l’armée chinoise en trois mois ou moins.

Les chercheurs ont admit comme postulat que l’invasion chinoise débuterait par un bombardement chinois qui détruirait la majorité des forces navales et aériennes de Taïwan en quelques heures. La Marine chinoise encerclerait alors Taïwan et enverrait un contingent de débarquement composé de milliers de soldats à travers le détroit de Taïwan.

Selon le scénario qualifié de plus probable par les experts de la simulation, l’armée taïwanaise forcerait les envahisseurs à s’enliser le long de la côte. « Des frappes chinoises sur des bases japonaises et des navires de surface américains ne changent pas la donne: Taïwan reste autonome », selon un scénario proposé.

Pour Matthew Cancian, du Naval War College, un institut de recherche de la Marine américaine, des variables cruciales détermineraient le degré de succès d’une invasion. Selon lui, le degré de détermination de Taïwan à refouler une invasion, et l’autorisation donnée ou non par le Japon aux États-Unis de lancer des ripostes depuis leurs bases situées sur le territoire japonais seraient des points clés. Sans cela, « l’intervention américaine ne serait pas suffisante pour préserver une autonomie de Taïwan », a affirmé Matthew Cancian.

La simulation a également soulevé certaines questions, comme celle de savoir si les États-Unis se risqueraient à un conflit nucléaire en attaquant directement la Chine. Les analystes ont expliqué que « même une défense réussie de Taiwan a un coût élevé ».

Les chercheurs attestent également dans leurs conclusions que la Chine prendrait des risques énormes en lançant une telle opération. Le pays aurait de lourd pertes pour ses forces aériennes et navales même si l’invasion réussie. Ces pertes demanderaient plusieurs années pour être remplacer. Les forces chinoises reviendraient alors des années auparavant, ce qui est difficilement envisageable pour les autorités, qui font tout pour rattraper leur retard militaire.

Les forces d’invasion à Taïwan risqueraient d’être détruites si, comme cela s’est produit dans de nombreux itérations, les Chinois ont été incapables de soutenir ces forces face à de lourdes pertes maritimes. Cet échec produirait des dizaines de milliers de prisonniers de guerre, un symbole très visible et émotionnel de défaite, selon les chercheurs du Center for Strategic and International Studies. Ensuite, ces derniers attestent qu’une invasion de Taiwan pour la Chine aurait un impact sur son sytème politique, et pourrait remettre en cause le pouvoir du Parti Communiste Chinois.

« Cependant, les États-Unis ou Taïwan n’ont aucune raison d’être complaisants », car dans un premier temps, la Chine pourrait choisir d’autres voies coercitives, qu’il s’agisse de la saisie des îles taïwanaises au large, d’un bombardement sans l’invasion qui s’ensuit ou un blocus. Ces éventualités méritent également d’être prises en considération. Ensuite, le moral de l’armée et des dirigeants taïwanais doivent être suffisamment forts pour résister à une attaque chinoise face à une forte pertes.