Deux journalistes australiens ont quitté précipitamment la Chine, par crainte d’être arrêtés par les autorités chinoises.

Bill Birtles et Michael Smith sont arrivés à Sydney ce 8 septembre matin, après avoir passé plusieurs jours dans l’ambassade d’Australie en Chine, craignant d’être arrêtés, selon leurs employeurs.

Bill Birtles, correspondant à Beijing de la chaîne ABC, et Michael Smith, correspondant à Shanghai de l’Australian Financial Review (AFR), ont quitté la Chine le 6 setepmbre dans la soirée accompagnés de diplomates australiens. Ils sont arrivés à Sydney ce 8 septembre en Australie, selon ABC.

Ces départs précipités de Chine surviennent après l’arrestation d’une journaliste économique australienne travaillant pour la chaîne chinoise en anglais CGTN, Cheng Lei. Cette arrestation a fortement tendu les relations entre Pékin et Canberra.

Lire aussi : Une journaliste australienne placée en détention en Chine

Selon ABC, Bill Birtles s’est vu conseiller de quitter la Chine par le ministère australien des Affaires étrangères. D’après l’Agence France Presse, peu avant son retour en Australie, prévu le 3 septembre, sept policiers chinois se sont rendus à son domicile au milieu de la nuit.

La police lui a notifié qu’il allait être interrogé pour une «affaire de sécurité nationale» et qu’il n’avait donc pas le droit de quitter la Chine. À la suite de cette visite nocture, le journaliste s’est réfugié dans son ambassade à Beijing.

Par la suite, Bill Birtles a été interrogé par la police chinoise, en présence de deux diplomates australiens, et a été autorisé à quitter la Chine. De son côté, Michael Smith a également reçu la visite de la police à son domicile la même nuit, a indiqué l’Australian Financial Review.

Selon le média, les pressions contre les deux journalistes ont un lien avec l’arrestation de leur consœur Cheng Lei en août. Les relations entre l’Australie et la Chine se sont fortement dégradées depuis deux ans.

Canberra a provoqué la fureur de la Chine il y a quelques mois en demandant des enquêtes sur les origines de la pandémie de Covid-19, découvert pour la première fois dans la ville chinoise de Wuhan, en décembre 2019. Depuis, la Chine a pris des mesures pour réduire les importations australiennes et a encouragé ses étudiants et touristes à éviter l’Australie.