Le président américain Donald Trump a signé le 27 décembre la loi sur l’assurance de Taïwan, qui faisait partie du projet de loi de dépenses du gouvernement fédéral de 1,4 billion de dollars (1200 milliards d »euros) pour l’exercice 2021.

Donald Trump, président sortant américain

Après des jours de blocage, le projet de loi a été signé conjointement avec le plan de relance COVID-19 qui comprend une aide de 900 milliards de dollars (810 mds €).

La Chambre des représentants des États-Unis a adopté à l’unanimité la Taïwan Assurance Act en mai 2019, lorsqu’il a été ajouté au projet de loi de dépenses de cet exercice pour que le Sénat l’examine.

La loi vise à renforcer les relations bilatérales entre Taïwan et les Etats-Unis, et encourage Taïwan à augmenter ses dépenses de défense.

Depuis que la loi a été adoptée à la Chambre, l’administration Trump a approuvé huit ventes d’armes à Taïwan, qui comprennent des missiles de croisière anti-navires et des drones.

Lire aussi : Le Taiwan Travel Act américain dénoncé par Beijing

La loi comprend également le soutien de Washington à la participation significative de Taïwan aux Nations Unies, et à d’autres organisations, et prévoit 3 millions de dollars (2,7 M€) pour les activités du cadre mondial de coopération et de formation États-Unis/Taïwan.

La Chine considère Taïwan comme une province rebelle, tandis que Taipei insiste sur son indépendance depuis 1949 et entretient des relations diplomatiques avec 16 pays et régions.

Les États-Unis expriment un soutien ouvert à Taïwan, en dépit des déclarations et documents signés avec la Chine. Et Washington vend des armes de haute technologie à Taipei, la Chine – de son côté – a intensifié ses opérations militaires dans la région.

« Les États-Unis devraient cesser d’utiliser Taïwan pour se mêler des affaires intérieures de la Chine », a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian.