De notre stagiaire Marie-Lou Cazillac – La Chine a récemment annoncé que 22% de sa population avait été vaccinée contre la Covid-19. Le 8 mai, l’épidémiologiste chinois Zhong Nanshan a averti que le taux de vaccination de la Chine n’était pas élevé et loin d’être suffisant pour garantir une immunité totale. Selon lui, il est donc nécessaire de continuer les efforts et de continuer à se protéger contre l’épidémie.

Le même jour, la Commission nationale de la santé chinoise a annoncé sur son site officiel que plus de 308 millions de doses de vaccin contre la Covid-19 avaient été administrées. Rapporté au nombre d’habitants, cela représente 22% de la population.

Selon la China News Service (CNS), Zhong Nanshan, également académicien à l’Académie chinoise d’ingénierie, a assisté hier au séminaire en visioconférence de l’hôpital de cancérologie (affilié à l’Université de médecine du Guangzhou) et a déclaré, qu’à l’échelle mondiale, la situation épidémique reste très préoccupante.

« Le taux de vaccination de la Chine n’est pas assez élevé et loin d’être suffisant pour garantir une immunité totale. Il faut donc faire très attention au risque d’importation du virus », a indiqué l’épidémiologiste primé.

Il a ensuite ajouté que la gravité de la situation porte, non seulement, préjudice à la vie et à la santé humaines, mais affecte aussi le modèle de gouvernance mondiale. Cependant, elle a également accéléré de manière impressionnante le rythme de la recherche scientifique et médicale. « L’utilisation des technologies d’internet est la clé de la lutte contre l’épidémie ».

Lors du forum consacré à la coopération sino-américaine pour la prévention, le contrôle et le traitement du Covid-19, co-organisé par l’Université Tsinghua et la Brookings Institution, Zhong Nanshan a également mentionné que le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies espérait vacciner 40% de la population d’ici la fin juin.

Gao Fu, directeur du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, a estimé en mars que 70% à 80% des chinois seraient vaccinés d’ici le milieu de l’année prochaine au plus tôt.

Lors d’une conférence de presse à la fin du mois d’avril, le porte-parole de la Commission nationale de la santé chinoise, Mi Feng, a également souligné qu’il fallait accélérer la vaccination, notamment en raison de la multiplication des nouveaux cas de Covid-19 dans le monde, mais aussi à cause de l’apparition de nouveaux variants.

Enfin, concernant la difficulté rencontrée par les chinois pour prendre rendez-vous pour la deuxième dose du vaccin, Mi Feng a déclaré avoir demandé à ce que des dispositions précises soient prises pour s’assurer que la 2ème dose soit bien administrée sous 8 semaines, afin d’éviter les situations où seulement la première a été injectée. Les équipes de travail de la Commission nationale de la santé chinoise vont également renforcer la supervision.