Zhong Nanshan, expert en maladies respiratoires renommé et chef d’une équipe d’experts de haut niveau de la Commission nationale de la santé de la Chine, a prédit une augmentation des nouveaux cas au cours des congés à venir du Nouvel An chinois.

Ce dernier a expliqué à l’agence de presse, Xinhua, être « confiant quant à la possibilité de freiner la propagation du virus », affirmant que l’épidémie de SRAS en 2003 ne se reproduirait pas.

Le 19 janvier à minuit, 198 cas d’infection par le coronavirus avaient été signalés à Wuhan, dont 25 avaient été guéris et étaient sortis de l’hôpital. Actuellement, 169 patients reçoivent toujours des soins à l’hôpital. Parmi eux, 44 personnes sont dans un état grave ou critique.

De nouveaux cas ont également été signalés à Beijing, à Shanghai et au Guangdong. Le 21 janvier au matin, les autorités de Shanghai ont signalé le deuxième cas de pneumonie liée au coronavirus, ajoutant que l’analyse de quatre autres cas suspects était en cours.

Pour Zeng Guang, épidémiologiste en chef du Centre de contrôle et de prévention des maladies de Chine et membre de l’équipe d’experts, « l’épidémie de ce nouveau coronavirus pouvait être enrayée si des mesures sont prises maintenant ».

Toutefois, la Commission nationale de la santé a indiqué que « la pneumonie, résultant de l’infection du nouveau coronavirus, a été classée comme maladie infectieuse de catégorie B et maladie nécessitant une quarantaine à la frontière ».

Dans son communiqué, la commission a assuré que le gouvernement central s’engage à prendre des mesures de prévention et de contrôle des maladies infectieuses de catégorie A pour lutter efficacement contre la pneumonie causée par le nouveau coronavirus (2019-nCoV).