Sélectionner une page

2019-nCoV,Hong Kong,RÉGIONS SPÉCIALES

Explosion dans un immeuble devant accueillir des patients infectés

La police de Hong Kong enquête pour savoir si l’explosion d’une bombe dans un hôpital public le 27 janvier est liée aux mouvement de protestation anti-gouvernementale.

En effet, la police soupçonne des militants d’avoir construit cet appareil fait maison qui a explosé pour faire pression sur le gouvernement de Carrie Lam, afin qu’elle ferme les frontières d’Hong kong avec la Chine continentale, pour éviter une plus vaste contagion du nouveau coronavirus venant de Wuhan.

L’incident s’est produit après un avertissement, il y a deux semaines, du secrétaire à la Sécurité, John Lee Ka-chiu, qui a déclaré qu’il y avait « des risques élevés de bombes artisanales », suite à des cas similaires découverts par la police ces derniers mois.

Lors de la dernière explosion, personne n’a été blessé lorsque l’appareil s’est éteint dans une cabine de toilettes pour hommes au centre médical Caritas à Cheung Sha Wan, a déclaré un porte-parole de l’hôpital public de Kowloon.

« Le personnel du service des accidents et des urgences a entendu une forte détonation dans les toilettes publiques et a constaté une explosion dans l’un des compartiments », a ajouté le porte-parole du gouvernement.

« Les policiers du centre en ont ensuite été informés et nous allons aider la police dans son enquête. Nous condamnons cet acte délibéré qui a endommagé le centre et menacé la sécurité des patients », a souligné ce dernier.

Le porte-parole a ajouté que le département des accidents et des urgences ne pouvait maintenir que des services limités après l’explosion, ce 27 janvier. Une vingtaine de patients ont été évacués du service. Les services sont revenus à la normale plus tard dans la matinée.

Après l’explosion, un message a été publié sur Telegram, une application de messagerie cryptée utilisée par des manifestants antigouvernementaux, disant que la dernière attaque n’était « qu’un avertissement » et « qu’il y aura plus de vraies bombes à venir », jusqu’à la fermeture des frontières de Hong Kong avec le continent. D’après les auteurs, il s’agit du seul moyen d’empêcher l’aggravation de l’épidémie de coronavirus dans la ville.

Hong Kong a été secouée par plus de sept mois de manifestations quasi-quotidiennes, déclenchés par le projet de loi d’extradition maintenant retiré. La contestation s’est transformée en un mouvement anti-gouvernemental plus large, alimenté par un sentiment anti-continent.

En pleine crise du virus 2019-nCoV de Wuhan, les manifestants ont utilisé cette situation sanitaire comme justification pour endiguer l’afflux de continentaux dans l’île, d’après le South China Morning Post.

«Nous agirons sur parole. Faites grève immédiatement si vous ne voulez pas mourir. Nous prendrons davantage de mesures pour appeler à la fermeture des frontières», a indiqué le message du Telegram, apparemment adressé aux travailleurs hospitaliers.

Une source policière de haut niveau a déclaré que les policiers pensaient que l’attaque visait le secteur médical et le gouvernement, ajoutant que la bombe était venue avec une minuterie.

«L’acte est cruel et sans cœur. Le coupable a déposé la bombe et l’a activée. Si quelqu’un se trouvait dans la cabine lorsque la bombe a explosé, il serait certainement blessé», a déclaré une source proche du dossier au SCMP.

«Comme le coupable ne peut pas prédire qui utiliserait les toilettes de l’hôpital, nous pensons que l’attaque n’a pas visée la police, comme dans les cas de bombes précédents. Il pourrait être lié à la récente épidémie de coronavirus comme le suggère le message. Nous examinerons le poste», a précisé la source du SCMP.

Des détectives et des officiers de l’unité de neutralisation des bombes ont mené une enquête préliminaire sur les lieux. « Après l’explosion, il y avait beaucoup de fumée blanche et un petit feu. Des policiers ont trouvé sur les lieux une bouteille en verre cassée d’environ 10cm de large et 15cm de haut, avec des piles et des circuits électriques. Une partie des toilettes a été endommagée, mais la bombe n’était pas très puissante« , a expliqué l’inspecteur en chef , Kevin Chong Kiu-wai, de la division d’enquête criminelle du district de Sham Shui Po.

Une autre source policière proche de l’enquête a déclaré qu’environ 500 grammes d’explosifs avaient été utilisés, mais que des tests de laboratoire étaient nécessaires pour confirmer les substances.

« Nous n’excluons pas la possibilité que l’affaire soit liée aux manifestations, et nous enquêterons si les explosifs et le dispositif sont similaires à ceux des cas précédents », a déclaré la source.

« Les agents ont examiné les images capturées par une caméra et attendent toujours plus de vidéos de l’hôpital. Nous espérons que celles-ci pourront nous donner des indices pour identifier les suspects », a déclaré la police, relayé le SCMP.

Recevez la Newsletter

Coronavirus (2019-nCoV)

Suivez-moi sur Twitter

Confrontation Chine – Etats-Unis

Coopération Chine – Afrique

Essentiel de l’actu

Votre avis nous intéresse!

Mers de Chine

Dossier explosif entre la Chine et ses voisins asiatiques

Dossier d’Histoire




Africa Wire

%d blogueurs aiment cette page :