Hong Kong va interdire le cannabidiol (ou CBD) d’ici février 2023, a annoncé le gouvernement hongkongais, l’intégrant dans la même catégorie que l’héroïne et la cocaïne.

La vente de produits à base de CBD (comme des bières, du café ou des compléments alimentaires) était jusqu’ici autorisée à Hong Kong. Or désormais, le produit sera interdit et les utilisateurs de ce dérivé du chanvre risquent de lourdes peines de prison.

«Le commerce et le public devront organiser l’élimination rapide de tout produit contenant du CBD en leur possession pour éviter toute infraction à la loi», a déclaré un porte-parole du gouvernement.

Après la date limite, toute personne qui possèdera ou consommera du CBD encourra jusqu’à sept ans de prison et des amendes pouvant aller jusqu’à un million de dollars de Hong Kong (127.000 dollars).

Le CBD sera alors classé parmi plus de 200 substances classées comme «drogues dangereuses», regroupant cocaïne et méthamphétamines. Le CBD est l’un des ingrédients actifs du cannabis mais avec de propriétés psychotropes.

Les utilisateurs vantent ses propriétés relaxantes et analgésiques. Des arguments qui «manquent de preuves scientifiques faisant autorité», a jugé le Bureau de la sécurité de Hong Kong. En 2021, la Chine a interdit l’utilisation du CBD dans les produits cosmétiques.