samedi, mai 18

Inculpation à Londres de trois hommes pour avoir aider le renseignement de Hong Kong

Trois hommes ont brièvement comparu le 13 mai devant la justice britannique à Londres, après avoir été inculpés pour aide aux services de renseignement de Hong Kong et pour interférence étrangère, en vertu de la loi britannique sur la sécurité nationale.

Les suspects, Chi Leung (Peter) Wai, 38 ans, Matthew Trickett, 37 ans, et Chung Biu Yuen, 63 ans, ont été arrêtés début mai par la police britannique. Ils sont apparus tous les trois vêtus de survêtements gris devant la Westminster Magistrates’ Court de Londres.

Après avoir confirmé leur identité et leur adresse durant cette courte audience, la juge les a placés tous les trois en liberté sous contrôle judiciaire. Aucune précision n’a été apportée aux agences de presse quant aux faits qui leurs sont reprochés. Toutefois, la prochaine audience est fixée au 24 mai 2024.

Le Royaume-Uni a dénoncé à plusieurs reprises la répression du mouvement pro-démocratie à Hong Kong, son ancienne colonie et où plusieurs figures en exil ont trouvé refuge.

En juillet 2023, Londres avait protesté contre les mandats d’arrêts et promesses de récompenses visant des militants pro-démocratie qui ont fui Hong Kong. Parmi les personnes visées se trouvait Nathan Law, figure du mouvement qui a obtenu l’asile politique au Royaume-Uni.

Selon la police de Londres, 11 personnes – 10 hommes et une femme – ont été placées en garde à vue dans cette enquête. Les interpellations ont été effectuées au début du mois dans le nord de l’Angleterre et à Londres, selon Scotland Yard. Les sept hommes et la femme qui n’ont pas été inculpés avaient été remis en liberté au plus tard le 17 mai.

Des cas d’espionnage

Cette affaire intervient alors que deux hommes, dont l’un travaillant au Parlement britannique, ont été récemment inculpés pour espionnage au profit de la Chine. Cette accusation a été démentie par Pékin. Les deux hommes doivent être jugés en 2025 par la justice britannique.

Après « l’âge d’or » voulu par l’ex-Premier ministre David Cameron en 2015, les relations entre la Chine et le Royaume Uni se sont nettement dégradées ces dernières années, en raison de divergences sur la situation à Hong Kong, la question de la minorité musulmane Ouïghours dans la région du Xinjiang, les accusations de violations des droits humains au Tibet, mais également l’origine du Covid-19.

Le dernier gouverneur britannique de Hong Kong, Chris Patten, a réfuté « l’âge d’or » des relations entre Londres et Pékin, qu’il a qualifié d’« absolument pathétique ». Dans une émission radio de la BBC, il a déploré l’attitude de l’ancien Premier ministre britannique (2010-2016), dont l’actuel chef du gouvernement Rishi Sunak a fait son ministre des Affaires étrangères.

Chris Patten a dénoncé la visite d’Etat du président chinois Xi Jinping au Royaume-Uni en 2015. « Au moment où ils prenaient une bière ensemble, des arrangement étaient en train d’être faits avec la police pour rendre le fait de manifester plus difficile pour les gens dans les rues de Londres pour ne pas mettre le dirigeant chinois dans l’embarras », a-t-il critiqué.

Tout en insistant sur la nécessité de commercer avec la Chine, il a estimé que « l’idée que l’on puisse le faire seulement en s’agenouillant est humiliant et ridicule ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *