Jackie Chan, au coeur d’une tempête politique

par | Jan 2, 2015 | Divertissement, SOCIETE

Le 30 octobre 2012, l’acteur Jackie Chan fait don des douze statues de bronze utilisées dans son film « Chinese zodiac » au parc de YuanMingYuan, à Beijing. Trois ans plus tard, les statuettes sont exposées dans la branche sud du Musée national du Palais de Taipei, où deux hommes ont vandalisés deux de ces douze sculptures.

La nouvelle branche sud du Musée national du Palais de Taipei a ouvert ses portes le 28 décembre, dans le sud de l’île dans le comté de Chiayi. Ce musée de 70 hectares espère recueillir et d’afficher la plus importante collection d’art asiatique, dans le but d’attirer les touristes dans le sud de Taïwan.

Exposition des têtes au parc Yuanmingyuan, en novembre 2012

Exposition des têtes au parc Yuanmingyuan, en novembre 2012

Cette donation a été mûrement réfléchie, comme l’avait indiqué Jackie Chan, lors de la cérémonie. En effet, ces 12 sculptures en bronze représentant les signes du zodiaque ont été détruites par les troupes britanniques et françaises en 1860 lors de la Seconde guerre de l’opium.

Signe pour les chinois des effets de la colonisation au cours du XIXème siècle, ces statuettes sont devenues un symbole pour la Chine. D’ailleurs, sept d’entre eux ont été retrouvés et sont conservés dans des musées, mais les cinq autres sont toujours portées disparus.

Fasciné par ces antiquités, Jackie Chan a tourné un film sur le sujet. « Chinese Zodiac » (sortie en 2012) met en scène l’acteur à la recherche de ces objets perdus et volés. L’acteur met en place une équipe d’artistes et d’archéologues pour recréer ces têtes de bronze. Un travail qui aura prit trois ans mais dont le résultat est sidérant.

Une ouverture mouvementée

Lors de l’ouverture de l’aile sud du musée, deux sculptures sont aspergées de peinture rouge par deux personnes, dans le jardin de celle-ci. La direction du musée a signalé cette dégradation à la police qui poursuivra les deux personnes impliquées dans cette affaire.

La direction a tenu à nier « toute référence politique à cette donation », ajoutant que « ces sculptures avaient été intégrées au nouveau musée après mûre réflexion, alors qu’elles représentent la valeur universelle pour honorer les reliques culturelles et protéger l’héritage culturel ».

Cependant, d’après le Taipei Times, les deux hommes ont aspergé ces têtes pour protester contre la stratégie culturelle de « front uni » de la Chine. Selon un communiqué diffusé par la presse, pour la Chine « les 12 têtes d’animaux du zodiaque sont des antiquités pillées par les étrangers qui doivent être retournés à leur propriétaire légitime », mais « mettre des copies de ces sculptures à Taïwan insinue que « Taïwan est la propriété perdue de la Chine« , ont déclaré Chen Miao-ting (19 ans) et Chen Yi-ting (33 ans) aux autorités.

YuanMingYuan

Représentation des 12 signes du Zodiaque à YuanMingYuan, Beijing (copyright, Céline Tabou)

Selon les deux hommes, ces sculptures sont « l’expression d’un message politique venant de Chine », assurant que « les deux côtés du détroit de Taïwan appartiennent à une famille » et qu’il est temps de « l’unification après la division prolongée. »

Pour Chen Miao-ting et Chen Yi-ting, « l’existence du musée ne vise pas seulement à démontrer la supériorité de la culture chinoise, ni les peintres taïwanais comme des barbares, il signifie aussi la colonisation étrangère ».

Deux camps s’opposent

Ces derniers ont exigé le retrait des répliques du musée et appelé le Parti démocrate progressiste et sa candidate à la présidentielle Tsai Ing-wen à rejeter le Musée national du Palais de Taipei, ainsi que la destitution de la fonction de directeur de Feng Ming-chu.  Les deux hommes n’ont pas seulement aspergés les statuettes, ils ont également détruit la plaque sur laquelle était inscrit : « front uni culturel ».

Le Taipei Times précise que les 12 sculptures ont été donné par Jackie Chan, qui est également membre de la Conférence du peuple chinois consultative politique (CPCCP). Cet événement arrive à un moment crucial de la campagne présidentielle à Taïwan. En effet, d’un côté, le pouvoir central et l’actuel président taïwanais Ma Ying-jeou appellent au maintien du Consensus de 1992 (« une seule Chine ») et de l’autre, l’opinion publique est mitigée face à un rapprochement avec la Chine.

De son côté, la direction du musée a précisé que la plupart des antiquités amassées proviennent de la dynastie des Qing, donc « si l’exposition des antiquités de la culture chinoise équivaut à lancer un front uni, comment allons-nous faire pour créer un musée national? »

Les deux hommes ont reçu le soutien du groupe de hip-hop Kou Chou Ching, qu’ils ont appelé à applaudir. « C’était l’ouverture d’un nouveau site culture à Taïwan, et vous avez demandé à Jackie Chan, un membre du CPCCP de se joindre à la cérémonie d’ouverture ? Puis-je demandé : Qu’est ce que les répliques de têtes d’animaux de Jackie Chan ont à faire avec la culture taïwanaise », a écrit Kou Cho Ching sur les réseaux sociaux, d’après le Taipei Times.

Jackie Chan propage le « rêve chinois » de Xi Jinping

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :