A la recherche de soutiens internationaux, le militant pro-démocratie hongkongais, Joshua Wong a rencontré, le 9 septembre dans la soirée, le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, à Berlin.

Ce dernier a comparé l’ex-colonie britannique à « Berlin-Est pendant la guerre froide ». D’ailleurs, cet argument a également mit en exergue dans la lettre publiée dans le journal allemand, Bild, demandant de l’aide à la chancelière allemande, Angela Merkel, en visite en Chine.

« A Berlin, j’ai parlé au ministre des Affaires étrangères Heiko Maas des protestations actuelles et notre lutte pour des élections libres et la démocratie à Hong Kong », a expliqué le jeune homme en commentaire d’une photo de lui aux côtés du ministre allemand sur Twitter.

Il a ajouté que « d’autres discussions avec des membres du Bundestag allemand » allaient suivre dans les prochains jours. Cependant, Joshua Wong ne rencontrera pas la chancelière allemande, a assuré le porte-parole du gouvernement allemand Steffen Seibert.

« Si nous sommes maintenant dans une nouvelle Guerre froide, Hong Kong est le nouveau Berlin », a déclaré dans un post Facebook Joshua Wong, faisant référence à la scission de l’après-guerre entre le Berlin-Est communiste et l’Ouest démocratique.

Il a de même lancé un appel aux « Allemands (qui) se sont battus pour la liberté, en particulier à Berlin ». « Soutenons Hong Kong est bien plus qu’un simple slogan, nous exhortons le monde libre à se joindre à nous pour résister au régime autocratique chinois », a-t-il ajouté.

Après avoir atterri à l’aéroport de Tegel le 8 septembre, le militant était l’invité d’honneur d’une soirée organisée par le quotidien populaire Bild dans le bâtiment du Bundestag, la chambre basse du Parlement allemand.

Figure du « Mouvement des parapluies » en 2014 à Hong Kong, il a été arrêté fin août en même temps que plusieurs autres figures de la contestation hongkongaise. Inculpé pour « incitation à prendre part à un rassemblement interdit », il avait été libéré sous caution.

Le 8 septembre, ce dernier avait a annoncé avoir été arrêté à l’aéroport de Hong Kong à son retour de Taïwan, pour avoir violé les conditions de sa libération sous caution.

Le militant a été libéré par la justice car l’arrestation était une erreur de procédure et que ses conditions de libération sous caution lui permettaient de voyager à l’étranger, a rapporté la chaîne hongkongaise RTHK.

A lire aussi : Les militants hongkongais appellent Washington à l’aide