Sélectionner une page

MONDE

« La Ceinture et la Route » : vecteur d’endettement

Les pays partenaires de la Chine dans le cadre de l’initiative « La Ceinture et la Route » voient leur endettement grimper, alarmant le FMI et poussant certains Etats à refuser de s’associer à cette nouvelle Route de la Soie.

Lancé en 2013 par le président Xi Jinping, cette initiative doit édifier des ports, routes et liaisons ferroviaires à travers l’Asie, l’Afrique et l’Europe, à coups de dizaines de milliards de dollars.

Cinq ans plus tard, ces nouvelles Routes de la soie sont vivement critiquées, accusant la Chine d’utiliser sa force de frappe financière pour étendre son influence. Face à l’ampleur de la situation, Xi Jinping s’est défendu : « ce n’est pas un club chinois », ajoutant que les « coopérations (étaient, ndlr) mutuellement bénéfiques ».

Actuellement, l’initiative concerne 70 pays censés investir de concert. Or de nombreux chantiers sont financés par des institutions chinoises. Ainsi, les investissements directs cumulés de la Chine dans les pays concernés dépassent 60 milliards de dollars (50,4 mds €) et la valeur des projets signés par des entreprises chinoises atteint plus de 500 milliards (420 mds €).

Ainsi, la Malaisie vient d’annuler trois projets, dont une ligne ferroviaire d’une valeur de 20 milliards de dollars (16,8 mds €). Les autorités ont indiqué qu’elles ne pouvaient pas financer un tel projet, car le niveau d’endettement du pays avoisine les 250 milliards de dollars (210 mds €). « Nous ne pourrions pas rembourser« , a lancé le Premier ministre Mahathir Mohamad.

Idem pour le Sri Lanka, qui a emprunté 1,4 milliard de dollars (1,74 mds €) auprès de Beijing pour aménager un port en eau profonde. Or l’île a été obligé de céder fin 2017 le contrôle complet de l’infrastructure à la Chine pour 99 ans, faute de remboursement.

Ces deux pays expliquent les inquiétudes de du Fonds monétaire international (FMI) qui a tiré la sonnette d’alarme. Ces partenariats « peuvent conduire à un accroissement problématique de l’endettement, limitant les autres dépenses quand les frais liés à la dette augmentent (…) Ce n’est pas un repas gratuit », a assuré la directrice générale Christine Lagarde.

Routes de la Soie : le FMI craint une « spirale d’endettement »

« Mais ces pays empruntaient déjà massivement auparavant auprès d’autres nations », a répliqué lundi Ning Jizhe, vice-président de la puissante agence de planification chinoise (NDRC), vantant les critères d’évaluation « rigoureux » des projets.

Pourtant, le think tank Center for Global Development a assuré que les Routes de la Soie accroissent « significativement » les risques de dévissage de huit pays très endettés: Mongolie, Laos, Maldives, Monténégro, Pakistan, Djibouti, Tadjikistan et Kirghizistan.

Le Pakistan accueille un projet de liaison titanesque de 54 milliards de dollars entre la Chine et le port de Gwadar. Pourtant, le pays est au bord de l’insolvabilité. Raison pour laquelle, le nouveau Premier ministre, Imran Khan, veut la « transparence » sur les contrats jugés opaques et déjà signés. Le Premier ministre cible les contrats impliquant le recours à des matériaux ou employés chinois et des conditions de remboursement léonines.

Anne Stevenson-Yang, chercheuse à J Research Capital, a expliqué à l’Agence France Presse, que « souvent, les prêts chinois sont en nature – tracteurs, livraisons de charbon, services d’ingénierie – mais doivent être remboursés en dollars ». De plus, la Chine accorde ses prêts en dollars, obligeant le Pakistan à rechercher un excédent commercial élevé pour les rembourser, réduisant ses réserves de changes.

Pour la Chine, ce risque budgétaire en vaut la chandelle, surtout pour elle, car l’Empire du milieu recherche des débouchés à ses surcapacités industrielles et a besoin de routes, ports et oléoducs pour acheminer ses approvisionnements de matières premières.

A trop compter sur la Chine, l’Afrique pourrait connaître de sérieuses difficultés

Recevez la Newsletter

Coronavirus (2019-nCoV)

Suivez-moi sur Twitter

Confrontation Chine – Etats-Unis

Coopération Chine – Afrique

Essentiel de l’actu

Votre avis nous intéresse!

Souveraineté en Mers de Chine

Dossier d’Histoire




Africa Wire

%d blogueurs aiment cette page :