A l’instar du 1er novembre pour les Français, le jour de la Fête des Morts, appelé Qīng Míng Jié, est célébré au mois d’avril.

Cette fête honore les ancêtres, et est également appelé « la fête du Repas Froid« , car elle clôture la saison hivernale et ouvre la voie au printemps. Il s’agit aussi d’une occasion pour se retrouver en famille et de se recueillir.

Extrait de Along the river célébrant QingMing

Cette journée est aussi désignée la Journée nationale du nettoyage des tombes depuis 1935, basé sur le calendrier agricole chinois. En dépit de ces nombreux noms, Qing Ming signifie pureté (de l’air) et lumière, caractérisant le climat de la période.  Elle a été déclarée fériée en 2008.

Qing Ming proviendrait de l’ancienne célébration d’Hanshi Day (littéralement, la Journée de la nourriture froide seulement), elle était alors dédiée à Jie Zitui, qui mourut en 636 avant J.-C. lors de la « Période du Printemps et Automnes« .

Certains historiens expliquent que la fête de Qing Ming est une tradition remontant à plus de 2’500 ans. Son origine est créditée à l’Empereur Tang Xuanzong en 732. Protecteur des arts, mais souverain faible, il fut manipulé par son entourage, il voulu réduire les nombreuses cérémonies extraordinaires qu’organisaient les riches notables de Chine. Pour cela, il déclara que chacun pourrait honorer ses ancêtres en un jour, lors de la fête du Qing Ming.

Qing Ming, la clarté pure

Les Han et une partie des 54 ethnies minoritaires célèbrent cette Fête des morts, pour cela, ils ne font pas la cuisine, et mangent uniquement des aliments froids. Au cours des siècles, la tradition a combiné la fête des morts et celle du repas froid, pour ne faire qu’une seule et même célébration : Qing Ming.

Dans la tradition, les défunts gardent des occupations et des besoins similaires à ceux des vivants, lorsqu’ils sont dans l’au-delà. Les familles offrent alors de la monnaie et des objets factices à leurs ancêtres pour s’assurer leurs bonnes grâces. Cela peut être des billets, des fruits et des gâteaux, déposés sur les stèles et maintenus avec des pierres, afin que le vent ne les emporte pas.

Pour célébrer les défunts, les descendants entretiennent les tombes en balayant les feuilles mortes, nettoyant la tombe, et en enlevant les mauvaises herbes. Entourés autour de l’idée du partage, les gens célèbrent les morts dans la joie et l’espoir apporté par le printemps.

L’art et Qing Ming

Qing Ming a inspiré de nombreux poètes sous la dynastie des Tang et des centaines de peintures traditionnelles. Sous les Song, Zhang Zeduan a peint un célèbre tableau intitulé, « Qingming Shanghetour », signifiant « Scène de vie le long du fleuve le jour du Qingming ». Cette représentation est une peinture sur soie de 5,5 m de long sur 0,25 m de large. Il s’agit de l’une des plus précieuses représentations du pays, conservée au Musée du Palais Impérial à Beijing.

Poème de Han Hong en huit vers célébrant Qing Ming : « Les chatons fleurissent profusément à travers la capitale,Une scène significative du paysage printanier.Sous le souffle du vent d’est le jour de l’Aliment froid,Les saules pleureurs se courbent dans la cour impériale.Quand la nuit tombe doucement,Les chandeliers s’allument dans le Palais Han.Vers les cinq grandes maisons des nobles,S’envole la fumée argentée des bougies ».

Le cerf-volant est l’un des symboles de cette fête, car elle marque le début du printemps est propice. Inventé il y a plus de 2’000 ans par un menuisier légendaire nommé Lu Ban, le cerf-volant était fait de bois. Appelé « Mu Yuan », signifiant bois d’épervier. Plus tard, le cerf volant en bois fait place au cerf-volant en papier, appelé « Zhi Yuan ».