La Chine a exhorté le 8 août les Etats-Unis à cesser les ventes d’armes et à rompre ses liens militaires avec Taïwan. Un mois plus tôt, la Chine a sanctionné une entreprise ayant vendue des armes à Taïwan.

La Chine tient ainsi à ce que les Etats-Unis cessent de nuire davantage aux relations sino-américaines, à la paix et à la stabilité entre les deux rives du détroit, a déclaré Wang Wenbin, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

La vente d’arme viole les traités sino-américains

Le porte-parole Wang Wenbin a indiqué que « les ventes d’armes américaines à Taïwan violent gravement les trois communiqués conjoints sino-américains, notamment le Communiqué du 17 août, mettant dangereusement à mal la souveraineté et les intérêts de sécurité de la Chine et violant gravement les normes fondamentales des relations internationales ».

« La Chine s’y oppose fermement », a assuré le porte-parole, ajoutant que « la question de Taïwan est une question de souveraineté, d’intégrité territoriale et d’intérêts fondamentaux de la Chine. La Chine a une ferme détermination à maintenir sa souveraineté et sa sécurité ».

« Nous exhortons les Etats-Unis à respecter sincèrement le principe d’une seule Chine et les trois communiqués conjoints sino-américains et à cesser les ventes d’armes et les liens militaires avec Taïwan, de peur qu’elles ne nuisent davantage aux relations sino-américaines, à la paix et à la stabilité entre les deux rives du détroit », a-t-il déclaré.

La Chine sanctionne Lockheed Martin pour ses ventes d’armes à Taïwan

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Zhao Lijian, avait annoncé en juillet, l’imposition de sanctions contre la première entreprise américaine et mondiale de défense et de sécurité, Lockheed Martin Corp., pour ses ventes de missiles à Taïwan.

«La Chine s’oppose fermement aux ventes d’armes américaines à Taiwan et exhorte les États-Unis à honorer leur engagement envers le principe d’une seule Chine et les trois communiqués conjoints sino-américains», avait déclaré Zhao Lijian.

L’agence américaine de coopération pour la sécurité de la défense (DSCA) a annoncé le 9 juillet que le département d’État avait approuvé la vente potentielle de missiles de recertification Patriot Advanced Capability-3 (PAC-3) à Taïwan.

Le Bureau de représentation économique et culturelle de Taipei aux États-Unis (TECRO), qui représente les intérêts de Taïwan, a commandé des missiles PAC-3 pour un montant de 620 millions de dollars (558M€) et comprendrait le soutien à une «durée de vie opérationnelle de 30 ans».

«Afin de sauvegarder nos intérêts nationaux, la Chine a décidé de prendre les mesures nécessaires et d’imposer des sanctions au maître d’oeuvre pour cette vente Lockheed Martin», a déclaré Zhao LiJian.

Washington veut améliorer la sécurité de Taïwan

Navire de guerre taïwanais

Mais les responsables de la sécurité ont déclaré que cette vente proposée était légale et conforme aux politiques américaines en vertu de la loi 96-8.

«Les ventes militaires à l’étranger sont des transactions de gouvernement à gouvernement et nous travaillons en étroite collaboration avec le gouvernement américain sur toutes les ventes militaires à des clients internationaux», a déclaré un porte-parole de Lockheed Martin.

Dans un communiqué, le Département d’État a assuré que la vente d’arme à Taïwan «sert les intérêts nationaux, économiques et de sécurité des États-Unis».

«La vente proposée contribuera à améliorer la sécurité du destinataire et contribuera au maintien de la stabilité politique, de l’équilibre militaire et du progrès économique dans la région», a indiqué le département dans le communiqué.

Les ventes de missiles à Taïwan ont été effectuées en coordination avec le Département de la défense et le Département d’État, et les responsables de la sécurité ont déclaré que «l’équilibre militaire de base dans la région» ne changerait pas en raison de l’accord sur les armes.