La Chine incite les États-Unis à «assumer leurs responsabilités» environnementales

par | Avr 19, 2021 | Chine-Etats-Unis, Environnement, MONDE

L’émissaire américain pour le climat, John Kerry, était en visite à Shanghai, afin de préparer le sommet virtuel sur le climat de la semaine prochaine. La Chine a salué à cette occasion le retour de Washington dans l’accord de Paris. La Chine et les Etats-Unis se sont engagés à «coopérer» sur le changement climatique.

La Chine félicite Washington de son retour dans l’Accord de Paris

John Kerry et Xi Jinping à Beijing, en septembre 2014

La Chine a déclaré à l’émissaire américain pour le climat John Kerry que les États-Unis devaient «assumer leurs responsabilités» environnementales, tout en plaidant pour la coopération entre la Chine et les Etats-Unis dans ce domaine, selon l’agence de presse, Xinhua.

L’ex-secrétaire d’État (2013-2017) de Barack Obama a effectué du 14 au 17 avril à Shanghai (est de la Chine) la première visite en Chine d’un haut responsable de l’administration de Joe Biden depuis son entrée en fonction.

Ce voyage de Kerry est destiné à préparer le sommet virtuel sur le climat organisé la semaine prochaine à l’initiative de Joe Biden. Des discussions qui voient la Chine et les Etats-Unis mettre provisoirement leurs nombreux différends de côté.

«La Chine attache une grande importance au dialogue et à la coopération avec les États-Unis sur le changement climatique», a déclaré le vice-Premier ministre chinois Han Zheng à l’émissaire américain.

Ce dernier a indiqué que la Chine se félicite «du retour des États-Unis à l’accord de Paris, attendons qu’ils sauvegardent cet accord, assument leurs responsabilités et apportent les contributions qui s’imposent».

Dès son premier jour à la Maison Blanche, le 20 janvier, Joe Biden avait acté le retour des États-Unis dans l’accord de Paris sur le climat, que Donald Trump avait quitté près de quatre ans plus tôt.

«Ce n’est en aucun cas un retour glorieux. Mais plutôt un mauvais élève qui revient sur les bancs de l’école après avoir séché les cours», avait souligné Zhao Lijian, un porte-parole de la diplomatie chinoise, résumant la position de Pékin.

Ce dernier a appelé Washington à «expliquer comment il allait combler le vide laissé depuis quatre ans», notamment vis-à-vis du financement du Fonds vert pour le climat, un mécanisme de l’ONU qui vise à transférer des fonds des pays riches vers les nations les plus touchées par le changement climatique.

Lire aussiJohn Kerry se rend en Chine pour discuter du climat

Avant son voyage, John Kerry a déclaré qu’il était essentiel de travailler avec la Chine sur le climat. Le pays asiatique est en valeur absolue le premier émetteur mondial de gaz à effet de serre (près de 30 % du total).

Un terrain d’entente trouvé

Cliquez pour en savoir plus sur la confrontation entre la Chine et les Etats-Unis

À la fin de la rencontre entre les experts chinois et américains, les États-Unis et la Chine se sont engagés à «coopérer» sur le changement climatique. Les deux pays qui s’opposent sur de multiples sujets, notamment la politique chinoise à Hong Kong ou la guerre commerciale, ont trouvé un terrain d’entente. John Kerry souligne qu’il s’agit de la «première fois que la Chine se joint à nous pour dire qu’il s’agit d’une crise.»

«Les États-Unis et la Chine s’engagent à coopérer entre eux et avec d’autres pays pour affronter la crise climatique, qui doit être traitée avec le sérieux et l’urgence qu’elle exige», selon le communiqué conjoint signé à Shanghai par John Kerry, l’émissaire américain pour le climat, et son homologue chinois Xie Zhenhua.

La Chine et les Etats-Unis «attendent avec impatience» le sommet environnemental international virtuel organisé par le président Joe Biden les 22 et 23 avril, même si aucune information ne précise si le président chinois, Xi Jinping, y participera.

Le texte énumère les multiples voies de coopération entre la Chine et les Etats-Unis, premières économies mondiales qui, ensemble, représentent près de la moitié des émissions de gaz à effet de serre responsables du changement climatique.

De plus, la Chine et les Etats-Unis y affirment «le renforcement de leurs actions respectives et la coopération dans les processus multilatéraux, y compris la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques et l’Accord de Paris».

John Kerry a été le premier responsable de l’administration du président Biden à se rendre en Chine. Cette visite représentait un signe d’espoir sur le fait que la Chine et les Etats-Unis puissent travailler ensemble au défi mondial que représente le changement climatique, malgré des tensions criantes sur plusieurs autres dossiers.

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :