La Chine a rejeté les remarques des Etats-Unis sur le voyage du sous-secrétaire général de l’Office des Nations unies contre le terrorisme, Vladimir Voronkov au Xinjiang.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Lu Kang les a qualifiées de « ridicules », en notant qu’il était « futile » de faire des accusations sans fondement contre la Chine et les Nations unies.

Lu Kang a indiqué que Vladimir Voronkov avait effectué une visite en Chine du 13 au 15 juin, « au cours de laquelle il en a appris davantage sur les efforts de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme du Xinjiang ».

« La visite a été couronnée de succès et a renforcé la coopération entre la Chine et l’ONU dans le domaine de la lutte contre le terrorisme. L’ONU a également fait des commentaires positifs sur la visite », a déclaré le porte-parole.

Lors d’un appel téléphonique avec le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres vendredi dernier, le secrétaire d’Etat adjoint des Etats-Unis, John Sullivan, a fait part de ses « profondes préoccupations » au sujet de la visite de Vladimir Voronkov.

John Sullivan a estimé que la visite était hautement inappropriée et mettait en danger la réputation et la crédibilité de l’ONU en termes de lutte contre le terrorisme et de droits de l’homme.

D’après Lu Kang, la Chine a récemment invité des fonctionnaires, diplomates, journalistes et universitaires étrangers au Xinjiang : « après la visite sur place, beaucoup ont affirmé que la visite était très utile pour connaître la situation réelle dans le Xinjiang ».

« Ils ont qualifié de positives les mesures prises par le gouvernement chinois et ont estimé que l’expérience de la Chine vaut la peine d’être apprise », a-t-il ajouté.

« Les responsables américains ne veulent pas entendre la voix juste et objective de la communauté internationale sur la situation du Xinjiang en Chine. Ce n’est pas nouveau », a indiqué Lu Kang.

En mars cette année, la 46e session du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’Organisation de coopération islamique (OCI) a adopté une résolution exprimant sa reconnaissance des efforts de la Chine pour prendre soin des musulmans chinois ainsi que sa volonté de renforcer la coopération avec la Chine.

« Les Etats-Unis ont alors également exprimé leur mécontentement », a-t-il poursuivi. « En salissant les politiques et les mesures du gouvernement chinois dans le Xinjiang, les Etats-Unis se sont ingérés dans les affaires intérieures de la Chine, à la suite de quoi la Chine a clarifié son attitude solennelle et son opposition ferme à plusieurs reprises », a déclaré le porte-parole.

« Cette fois-ci, la partie américaine a fait une autre remarque scandaleuse au sujet de la visite de M. Voronkov au Xinjiang, faisant des accusations sans fondement contre la Chine et l’ONU, ce qui est futile », a-t-il ajouté.

« Recevoir des fonctionnaires du Secrétariat des Nations Unies fait partie de la coopération normale entre la Chine et l’ONU », a indiqué Lu Kang, ajoutant que la visite de Vladimir Voronkov dans la région du Xinjiang faisait également partie de l’itinéraire convenu entre la Chine et l’ONU.

« Les Etats-Unis ne sont pas en mesure de critiquer la coopération normale de la Chine avec les Nations unies », a assuré Lu Kang.

« Les Etats-Unis voulaient que la Chine explique ses mesures de déradicalisation prises au Xinjiang, mais lorsque la Chine a ouvert ses portes et invité des responsables de l’ONU à se rendre au Xinjiang, la partie américaine a accusé la visite de l’ONU d’être inappropriée ». « De quelle genre de logique s’agit-il? Les actions des Etats-Unis sont très hypocrites et déraisonnables », a-t-il déclaré.