Selon l’agence de presse nord-coréenne, KCNA, le président chinois Xi Jinping a écrit au dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, lui proposant de coopérer pour «accélérer la paix» dans le monde. Dans le même temps, les ministres de la défense chinois et sud-coréen se sont entretenus sur la situation dans la péninsule coréenne.

Cette lettre intervient dans un cadre de tensions croissante dans la péninsule coréenne, après une série record d’essais de missiles par Pyongyang et alors que Séoul, Washington et Tokyo ont renforcé leur coopération militaire.

Pyongyang a notamment lancé le 18 novembre un missile balistique intercontinental (ICBM) qui est tombé au large du Japon, et Kim Jong-un a menacé les États-Unis de riposte nucléaire si son pays était attaqué.

«Le monde, l’époque et l’histoire sont en train de changer d’une façon sans précédent», a souligné Xi Jinping dans sa réponse à une lettre de Kim Jong-un, qui l’avait félicité pour sa reconduction historique à la tête du Parti communiste chinois et du pays en octobre.

«Face à cette nouvelle situation, je suis prêt, avec vous, à contribuer positivement (…) à accélérer la paix, la stabilité, le développement et la prospérité de la région et du reste du monde», a-t-il poursuivi.

La Chine est le plus important allié et partenaire commercial de la Corée du Nord, qui fait face à de sévères sanctions commerciales des Nations unies pour ses programmes nucléaires et d’armement.

À l’issue d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU le 21 novembre, la Chine et la Russie ont refusé de se joindre aux 14 pays, parmi lesquels les États-Unis, l’Inde, la France et le Royaume-Uni, qui ont condamné le tir de l’ICBM de Pyongyang le 18 novembre.

Lire aussi : La Chine dénonce les « tentatives d’imposer davantage de sanctions » à la Corée du Nord

En mai, la Chine et la Russie avaient opposé leur véto à un projet de résolution présenté par Washington pour renforcer les sanctions contre la Corée du Nord. D’ailleurs, lors de la rencontre entre les présidents chinois et américain, en marge du sommet du G20 à Bali, Joe Biden avait demandé à Xi Jinping de signifier «clairement» à la Corée du Nord de ne pas mener un nouvel essai nucléaire.

Lire aussi : Washington veut que la Chine « use de son influence » sur la Corée du Nord

Rencontre entre les ministres chinois et sud-coréen sur la Corée du nord

De plus, le 23 novembre, le ministre sud-coréen de la Défense, Lee Jong-sup, a demandé à la Chine de jouer un rôle «constructif» dans la lutte contre les menaces nucléaires et balistiques de la Corée du Nord et d’encourager son retour au dialogue. Ce dernier a rencontré le ministre chinois de la Défense, Wei Fenghe, à Siem Reap, au Cambodge, en marge de la réunion des ministres de la Défense de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Asean), qui a prit fin le 24 novembre.

Selon l’agence de presse Yonhap, Lee Jong-sup a rejeté l’affirmation de la Corée du Nord selon laquelle elle a développé ses capacités nucléaires et ses missiles en réponse aux exercices militaires entre le Sud et les Etats-Unis et aux menaces américaines à l’encontre du régime.

Ce dernier «a demandé à la partie chinoise de jouer un rôle constructif pour faire comprendre au Nord qu’il n’a rien à gagner en développant ses capacités nucléaires et de missiles, et pour l’encourager à dialoguer», a déclaré le ministère sud-coréen de la défense dans un communiqué de presse.

Lee Jong-sup a indiqué à son homologue chinoise que les menaces nord-coréennes ne feront qu’accroître la pression internationale et renforcer la solidarité mondiale contre le régime récalcitrant.

De son côté, Wei Fenghe a appelé les pays concernés à faire des efforts pour régler leurs problèmes par le dialogue, tout en affirmant que la Chine a continuellement joué un rôle «actif et constructif» pour promouvoir la stabilité de la péninsule, selon le ministère sud-coréen.

La Chine et la Corée du sud ont mentionné que pour un développement «orienté vers l’avenir» de la coopération bilatérale en matière de défense, il est important de renforcer la coopération par une communication «stratégique» étroite et divers échanges.

Lire aussi : La Corée du Sud souhaite renforcer la coopération avec la Chine et le Japon

A la suite de cet entreprise, la Chine et la Corée du sud sont convenues de normaliser et d’élargir les échanges entre les peuples dans le secteur de la défense par le biais d’un ensemble de mesures, notamment la reprise du dialogue stratégique de défense vice-ministériel, qui ne s’est pas tenu depuis 2019.

Pour Lee Jong-sup, il est désormais crucial d’utiliser les lignes de communication militaire bilatérales afin de prévenir tout affrontement militaire accidentel, a indiqué le ministère.