« La Corée du Sud est libre de mettre à niveau le système de défense antimissile à haute altitude américain THAAD déployé dans le pays pour se défendre contre les menaces des missiles nord-coréens, car de telles décisions font partie d’une question souveraine », a déclaré Yoon Seok-youl, candidat à la présidentielle du principal parti d’opposition, le Parti du pouvoir du peuple (PPP).

Ce dernier a fait cette remarque en réponse à la question de savoir s’il soutenait des déploiements supplémentaires du THAAD, lors point presse avec des journalistes étrangers à Séoul.

Lire aussi : Déploiement terminé du THAAD, la Chine conteste

Cette déclaration pourrait irriter la Chine, car Pékin s’est longtemps opposé au déploiement du THAAD en Corée du Sud, affirmant que le système pourrait être utilisé pour nuire à ses intérêts en matière de sécurité.

«La question de savoir jusqu’à quel point nous allons renforcer notre système de défense antimissile, y compris par le biais du THAAD, et travailler conjointement avec les Etats-Unis et le Japon, est une question de souveraineté de notre gouvernement, qui peut certainement procéder à une mise à niveau en fonction de la situation sécuritaire», a-t-il ajouté.

«Je prendrai la décision sur cette base», a indiqué Yoon Seok-youl. Le système THAAD a été déployé en Corée du Sud en 2017 pour dissuader les provocations nucléaires et les missiles balistiques de la Corée du Nord, malgré les contestations de la Chine concernant sa menace potentielle pour sa sécurité nationale.

Lire aussi : THAAD : pas de discussions militaires entre Beijing et Séoul

En signe de protestation, la Chine a pris des mesure de représailles économiques contre Séoul. «Je neutraliserai les capacités nucléaires et de missiles de la Corée du Nord en renforçant le réseau de défense antimissile de la Corée du Sud et en élargissant la dissuasion de la Corée du Sud et des Etats-Unis», a indiqué le candidat à la présidentielle.

L’ancien procureur général s’est engagé à ouvrir une «nouvelle ère de coopération» avec la Chine basée sur le respect mutuel et à organiser des pourparlers stratégiques réguliers de haut niveau s’il est élu le 9 mars.

Il s’est également engagé à diriger la coopération internationale afin de parvenir à la dénucléarisation de la Corée du Nord avec une «feuille de route prévisible, étape par étape».

«Si le dirigeant nord-coréen décide de le faire, je démarrerai des projets d’assistance économique et de coopération conformément aux progrès de la dénucléarisation», a-t-il déclaré.

Ce dernier a jouté qu’il cherchera des politiques pour ouvrir et réformer le Nord par le biais de l’aide humanitaire et de l’augmentation des communications. Yoon Seok-youl compte également proposer un plan de développement économique commun à mettre en œuvre après la dénucléarisation de la Corée du Nord.