D’après les estimations industrielles annoncées lors du Salon international du commerce des services de Chine (CIFTIS), l’engagement de la Chine à atteindre la neutralité carbone d’ici 2060 coûtera 136 000 milliards de yuans d’investissements (18 000 milliards d’euros).

«Il est facile d’accomplir le pic des émissions de dioxyde de carbone, mais l’objectif d’atteindre la neutralité carbone sera difficile, car 60 % des technologies soutenant la neutralité carbone en sont encore à l’étape conceptuelle. Une injection massive de capitaux est nécessaire, ainsi que le soutien à la recherche fondamentale», a expliqué Zhang Shaogang, le vice-président du Conseil de Chine pour la promotion du Commerce international, lors d’un forum sur la neutralité carbone organisé au cours du salon CIFTIS.

Selon lui, la Chine devrait explorer une voie à faible carbone correspondant à son propre développement et comptant sur l’innovation technologique, afin de maintenir ses avantages concurrentiels. La Chine s’assure ainsi que l’initiative de développement est «fermement saisie dans nos mains», a souligné Zhang Shaogang.

«Ces 136 000 milliards de yuans nécessaires à la réalisation de la neutralité carbone suggèrent qu’il est nécessaire de recourir à d’autres sources de financement en plus des dépenses gouvernementales», a indiqué  Zhang Shaogang.

Selon lui, un montant tout aussi important sera également nécessaire pour que le marché joue un plus grand rôle dans la réalisation de cet objectif. D’après les prévisions, le marché du carbone du pays devrait atteindre les 300 milliards de yuans (39 mds €), constituant un vaste océan d’opportunités majeures.

Lire aussi : L’objectif de neutralité carbone de la Chine coûtera 337 milliards par an jusqu’en 2030

Lors du CIFTIS, l’entreprise chinoise de cartographie numérique et de navigation AutoNavi a signé un accord impliquant 15 000 tonnes d’émissions de dioxyde carbone par le biais des transports verts avec le groupe Beijing Municipal Road and Bridge Building Material. Cet accord d’échange de carbone est le premier de son genre à l’échelle mondiale.

Le secteur des services technologiques verts favorables à la neutralité carbone est l’un des points forts du salon CIFTIS de cette année 2021.

A cette occasion, les entreprises chinoises présentent ont présenté un grand nombre de technologies bas carbone, d’applications d’énergie propre, de technologies de stockage de l’énergie, de capture et d’utilisation du carbone, de puits de carbone, de constructions écologiques et de services du marché carbone.

Le salon CIFTIS propose un aperçu de ce qui est envisagé pour soutenir l’objectif de la Chine qui est d’atteindre son pic des émissions carbone d’ici 2030 avant de parvenir à la neutralité carbone d’ici 2060.

Parmi les exposants figurait le géant français de l’énergie Schneider Electric, qui a lancé son service de conseil en neutralité carbone, à destination des entreprises chinoises. «La Chine se trouve aujourd’hui dans une période critique pour la neutralité carbone», a déclaré Yin Zheng, le vice-président exécutif de Schneider Electric et président de Schneider Electric Chine.

Présentant la neutralité carbone comme un projet systématique «qui ne peut être réalisé que grâce à la coopération de toutes les parties», le salon CIFTIS − un indicateur de l’engagement à long terme de la Chine dans l’ouverture et la coopération − «offre à l’entreprise une plateforme significative pour la communication et l’exposition», a expliqué Yin Zheng.

Avec le processus du nouveau développement de la Chine, les « services de Chine » vont progressivement attirer de plus en plus d’opportunités de marché, a assuré ce dernier.