Les ministres de la santé polonais et néo-zélandais ont décidé de ne pas imposer de mesures de restrictions sanitaires envers les voyageurs en provenance de Chine.

La ministre de la Santé, , Ayesha Verall, a affirmé que l’imposition de mesures de santé publique strictes n’est actuellement pas nécessaire pour protéger les Néo-Zélandais.

La Nouvelle-Zélande a annoncé sont intention de ne pas imposer de restriction liée au coronavirus aux voyageurs en provenance de la Chine, décrivant cette décision comme « ni requise, ni justifiée ».

Dans un communiqué, la ministre de la Santé, Ayesha Verall, a déclaré qu’il y a un risque minimal pour la santé publique en Nouvelle-Zélande. « L’imposition de mesures de santé publique strictes n’est actuellement pas nécessaire pour protéger les Néo-Zélandais », a-t-elle assuré.

En effet, les autorités compétentes du pays ont procédé à une évaluation des risques pour la santé publique, et ce, en travaillant notamment dans le cadre des scénarios de détection d’éventuelles infections au coronavirus parmi les voyageurs en provenance de la Chine.

Selon elle, ces visiteurs « ne contribueront pas de manière significative à l’augmentation du nombre d’infections au coronavirus », ce qui signifie que les restrictions imposées par certains pays aux personnes arrivant de la Chine ne sont « ni nécessaires, ni justifiées ».

De son côté, la Pologne a décidé de ne pas imposer de restrictions spéciales liées à la Covid-19 aux personnes provenant de Chine, a indiqué le ministre polonais de la santé, Adam Niedzielski.

Ce dernier a déclaré lors d’une conférence de presse que l’introduction de telles mesures « ne semble pas justifiée ». Le nombre d’infections par la COVID-19 a diminué au cours des deux dernières semaines.

« Deuxièmement, et c’est en fait décisif, ni l’OMS (Organisation mondiale de la santé) ni aucune institution responsable de la santé au niveau international n’a identifié que nous avions affaire à une nouvelle mutation du virus en Chine », a-t-il affirmé. « Nous avons affaire à la structure régulière du génome du virus que nous avons en Pologne », a-t-il ajouté.

Ces déclarations interviennent après les annonces faites par de nombreux pays, dont les États-Unis, l’Italie, la Malaisie, l’Espagne, le Maroc, le Qatar, le Canada, la Corée du Sud et Taïwan, imposant l’obligation de présenter un test négatif au coronavirus aux voyageurs en provenance de la Chine.