La Chine a décidé d’instaurer une période de transition de cinq ans pour les comtés, sortis de la pauvreté, de réorienter progressivement leur politique sociale et économique, vers une promotion globale de la revitalisation rurale.

Parvenu à réduire considérablement la pauvreté en Chine, les autorités ont décidé de mettre en avant la notion de revitalisation rurale sur l’ensemble du territoire. La Chine souhaite faire de ce concept un réel « changement d’orientation historique dans le travail lié à l’agriculture, aux zones rurales et aux agriculteurs ».

Fin février 2020, Rem Koolhaas, architecte néerlandais, a expliqué à l’agence de presse, Xinhua, que « la stratégie de revitalisation rurale mise en place par la Chine est en train de devenir un véritable modèle pour le développement durable des campagnes du monde entier – c’est-à-dire les 98 % de la surface terrestre qui ne sont pas occupés par des villes ».

La stratégie de revitalisation de l’espace rural de la Chine a été présentée pour la première fois au cours du 19e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC) en 2017, mais la pandémie de Covid-19 a freiné les objectifs de la Chine.

Cette stratégie vise dans un premier temps à achever la modernisation du système agricole et les zones rurales avant 2035. A terme, la Chine veut parvenir avant 2050 à construire de belles campagnes caractérisées par une agriculture forte et des agriculteurs prospères.

Selon la conférence annuelle sur le travail rural en Chine, des 29 et 30 décembre 2020, la Chine a décidé de faire davantage pour « promouvoir l’efficacité et la qualité du secteur agricole, rendre les zones rurales propices à la vie et au travail et veiller à ce que les agriculteurs » s’enrichissent.

Cependant, la Chine va devoir moderniser son système agricole et ses zones rurales. Le gouvernement a rappelé lors de cette conférence sa volonté de « construire un pays socialiste moderne et d’accomplir le grand rajeunissement de la nation chinoise ».

Mais pour assurer ce nouveau modèle, la Chine compte sur sa campagne, qui peine encore aujourd’hui à se développer durablement, en dépit de son potentiel économique et social.

Afin de résoudre ses entraves, la Chine a décidé de fixer une période de transition de cinq ans pour les comtés, ayant lutté contre la pauvreté, de transformer progressivement leur orientation politique vers une promotion globale de la vitalisation rurale.

La Chine « renforcera la conception de haut niveau, adoptera des mesures plus vigoureuses et rassemblera plus de forces pour faire progresser la vitalisation rurale ». Il est également prévu d’accélérer « le développement de l’industrie rurale pour apporter plus d’avantages aux agriculteurs, renforcer les normes intellectuelles et morales, prévenir et contrôler les pollutions dans les zones rurales, accélérer la réforme dans des domaines clés dans les zones rurales, donner la priorité à la construction d’infrastructures rurales, faciliter le développement urbain-rural intégré, et améliorer la gouvernance rurale ».