L’activité manufacturière en Chine s’est contractée en janvier à son rythme le plus important en 23 mois, signe que le coût économique de la stratégie « zéro COVID » mise en place dans le pays, les mesures de confinement strictes et la hausse des cas de contamination pèsent sur la production et sur la demande.

L’indice PMI manufacturier calculé par Caixin/Markit s’est établi le mois dernier à 49,1, son plus bas niveau depuis février 2020, lorsque l’économie chinoise était sous le coup des mesures de confinement instaurées au tout début de la pandémie Covid-19, au première trimestre 2020.

Le consensus ressortait à 50,4, contre 50,9 en décembre. La barre des 50 sépare la croissance de la contraction. Cette baisse inattendue devrait renforcer les attentes du marché, qui souligné que Pékin doit déployer davantage de mesures de soutien pour stabiliser l’économie.

La Banque Populaire de Chine a déjà commencé à assouplir sa politique monétaire en abaissant ses principaux taux d’intérêts ainsi que son taux de facilité de crédit à moyen terme, alors que d’autres mesures sont attendues dans les semaines à venir.

La demande a également accusé une forte baisse, les nouvelles commandes ayant chuté à leur rythme le plus rapide depuis le mois d’août, et les commandes à l’exportation ayant connu leur plus forte baisse depuis le mois de mai 2020.

De son côté, le Bureau d’Etat des statistiques (BES) a publié des données attestant que l’indice des directeurs d’achat (IDA) du secteur manufacturier de la Chine s’est établi à 50,1 en janvier, contre 50,3 en décembre 2021.

Un indice supérieur à 50 indique une expansion, tandis qu’un IDA inférieur à 50 reflète une contraction.

« La croissance du secteur a ralenti en janvier, certains sous-secteurs entrant dans une période creuse traditionnelle et la demande du marché se contractant », selon le statisticien principal du BES, Zhao Qinghe.

En janvier, le sous-indice des prix d’achat des principales matières premières a augmenté de 8,3 points de pourcentage par rapport à décembre 2021 pour atteindre 56,4, tandis que le sous-indice des prix départ-usine a augmenté de 5,4 points à 50,9 par rapport au mois précédent.

Le sous-indice de la production a atteint 50,9, en baisse de 0,5 point par rapport au mois précédent, restant toutefois dans la zone d’expansion depuis trois mois consécutifs.

Les données du BES publiées montrent également que l’IDA du secteur non-manufacturier s’est établi à 51,1 en janvier, contre 52,7 en décembre.