Un porte-parole de l’agence de presse Xinhua (Chine nouvelle) a condamné et s’est opposé « à l’intrusion brutale d’agents des renseignements australiens au domicile d’un journaliste de Xinhua à Sydney ».

Le porte-parole a indiqué que les informations publiées par le journal Global Times le 8 septembre étaient véridiques. En effet, le quotidien chinois a expliqué que du personnel de l’agence de renseignement australienne a perquisitionné les résidences de journalistes chinois en Australie, les a interrogés, et saisi leurs ordinateurs et smartphones. Les agents australiens ont également interdit aux journalistes chinois de parler de cette perquisition à leur direction.

Lire aussi : La Chine accuse l’Australie de « harceler » des journalistes chinois

L’agence de presse Xinhua a déploré « l’absence de preuves » des agents australiens. Ces derniers sont entrés chez plusieurs journalistes chinois basés en Australie, dont un journaliste de Xinhua à Sydney, le 26 juin, saisissant tout leur matériel de reportage.

« Cet acte grossier, autoritaire et déraisonnable est tout à fait déplorable. Cela expose pleinement la mentalité de la Guerre froide et les préjugés politiques de certains départements et responsables australiens », a indiqué le porte-parole de l’agence de presse, Xinhua.

« Ce qu’ils ont fait porte non seulement gravement atteinte à la réputation et à l’image des médias chinois, mais constitue également une ingérence sérieuse dans les échanges interpersonnels normaux entre la Chine et l’Australie », a ajouté ce dernier.

Le porte-parole a indiqué que Xinhua est une « agence de presse d’Etat de la Chine et une agence d’information internationale d’influence mondiale », assurant que « ses journalistes en Australie ont toujours strictement respecté les lois et règlements de ce pays ».

L’agence Xinhua a appelé le gouvernement australien à cesser de harceler les bureaux de l’agence de presse en Australie et ses journalistes dans le pays, à prendre des mesures solides pour éliminer l’impact négatif de ces événements et à protéger sincèrement les droits et intérêts légitimes des bureaux de Xinhua et de ses journalistes en Australie.