Le choc culturel inversé ou «blues des expatriés» est un terme utilisé par les spécialistes pour évoquer le mal être ressenti par de nombreux «impats» sont des expatriés de retour dans leur pays.

Ils doivent faire face à de nouveaux défis culturels, qui peut les déstabiliser et créer un choc du retour. Ainsi, Zhu ShanShan explique dans le complément du dossier «Le choc culturel inversé : le mal du pays d’adoption» paru dans Le 9 magazine, que «des marques de politesse aux valeurs fondamentales en passant par le rythme de vie ou la manière de penser, les conséquences de ces différences au quotidien demeurent les mêmes : partagés entre deux cultures, les « impats » ont besoin de temps pour se réadapter à leur société, un temps qui varie grandement selon les cas».

Interrogé par Le 9, Evelyne Tan-Brouard, responsable des ressources humaines chez Albéa et coach professionnelle certifiée basée à Paris, a expliqué que «le choc culturel inversé, c’est le fait de revenir dans son pays et ne plus s’y sentir chez soi ! (…) Cela a un réel impact sur différents aspects de la vie. Mais ce n’est pas que culturel : en revenant on change de domicile, de travail, de fréquentations. Tout cela bouleverse notre vie et peut être source de solitude, d’insécurité, de frustration, voire de colère, envers ceux qui ne sont jamais partis, etc…»

Témoignages :

Daniel, américain de 48 ans, est retourné à New York pour rendre visite à ses proches, mais il avait hâte de repartir en Chine et présentait manifestement un « syndrome de manque de la Chine ». Cet enseignant dans une université en Chine, a expliqué à Courrier International, « la nourriture chinoise me manquait et j’avais besoin d’aller souvent dans le quartier chinois. Ce n’étaient pas les mêmes plats, mais ils avaient la même saveur ».

De son côté, Shuai, chinoise ayant vécue 2 ans en France, a expliqué à Le 9 que « professionnellement, mes amis du même âge ont déjà plusieurs années d’expériences alors que je dois repartir de zéro. Je suis en décalage par rapport à mes amis et parfois je me sens un peu perdue ».