La ville de Wuhan, épicentre de la pandémie du nouveau coronavirus, ne reporte désormais plus de contaminations au COVID-19. Depuis la mi-mai, la municipalité n’a détecté que 300 cas asymptomatiques dans le cadre de sa campagne de dépistage à grande échelle.

Cette campagne, lancée par la métropole le 14 mai dernier après qu’une seconde vague d’infections a été soupçonnée, a permis à 9,9 millions de personnes d’être testées au coronavirus.

L’opération de dépistage, conduite à l’échelle de la ville, a coûté environ 900 millions de yuans (112.7 millions d’euros). L’origine, toujours controversée, de l’épidémie est attribuée à des animaux sauvages vendus sur un marché de Wuhan.

Lire aussi : Beijing est invité à enquêter sur les origines du virus par l’OMS

Confinée du 23 janvier jusqu’au 8 avril, la capitale de la province du Hubei enregistre la majorité des cas de coronavirus signalés en Chine continentale, et déplore 4.634 décès et 83.022 infections.

Entre le 14 mai et le 1er juin, les autorités n’ont reporté aucun cas de contamination, ont déclaré les responsables de l’État dans une réunion d’informations. Ils ont précisé que les cas asymptomatiques n’étaient pas infectieux, et ne sont ainsi pas comptabilisés dans le total des cas confirmés de contamination au coronavirus.