Le Fonds monétaire international (FMI) a encouragé la Chine à adopter un nouveau modèle de croissance économique reposant davantage sur la consommation privée plutôt que sur les investissements publics.

«La Chine pourrait utiliser la politique budgétaire pour initier la transformation vers un nouveau modèle de croissance», a déclaré Vitor Gaspar, responsable des affaires budgétaires au FMI lors d’une conférence de presse.

Ce dernier a indiqué que le modèle économique de la Chine devait compter «sur moins d’investissements dans les infrastructures du secteur public et davantage sur la consommation privée».

La Chine dispose d’un important espace budgétaire, permettant au gouvernement de saisir toutes les opportunités de faire progresser les questions de sécurité sociale et de réforme de sa fiscalité, a relevé le responsable.

Récemment, la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva avait souligné que la Chine allait enregistrer au cours de l’année 2021 une croissance robuste, mais elle avait mis en avant une expansion «quelque peu déséquilibrée».

Cette dernière avait évoqué la «dépendance très forte au soutien public, à l’investissement public et une consommation privée n’ayant pas repris aussi vite qu’on l’aurait espéré».

«Pour faire de cette reprise une reprise durable, nous espérons que les mesures budgétaires et autres mesures de soutien contribueront à soutenir la reprise venant du secteur privé, par opposition au secteur public», avait-elle commenté.

Kristalina Georgieva

Le FMI table sur une croissance de 8,4% cette année en Chine, puis de 6,5% en 2022. La Chine doit aussi veiller à maintenir son soutien budgétaire et ne pas le retirer prématurément, a souligné Vitor Gaspar, une recommandation qui s’applique aux pays du monde entier.

Cependant, ce dernier a indiqué que «les pays ont aussi des contextes très différents, la dynamique du Covid-19 est différente». «Les politiques budgétaires doivent donc être évolutives pour s’adapter» et fournir des aides plus ciblées, a-t-il également estimé.

En mars, le Fonds monétaire international avait salué l’accent mis par la Chine sur une croissance de haute qualité. «L’absence d’une fourchette spécifique pour l’objectif de croissance en 2021 est bienvenue. Et l’accent doit être mis davantage sur la croissance de haute qualité et le rééquilibrage, ce qui fait l’objet d’une discussion que nous avons déjà entamée de manière très constructive avec les autorités chinoises ces dernières années», a confié à l’agence de presse, Xinhua, le porte-parole du FMI, Gerry Rice.

Ce dernier a expliqué que la Chine vise à accroître son PIB de plus de 6% en glissement annuel en 2021, avec davantage d’efforts déployés sur les réformes, l’innovation et le développement de haute qualité, selon le rapport d’activité du gouvernement approuvé jeudi par l’Assemblée populaire nationale.

Lire aussiLe FMI relève sa prévision de croissance pour la Chine, à 8,4% pour 2021

«Selon les prévisions sur la Chine dans nos Perspectives de l’économie mondiale de janvier, nous avons prévu une croissance de 8,1% pour cette année. Et cela suggère qu’une croissance de plus de 6% (…) pourrait être réalisée facilement, étant donné le redressement rapide de la Chine et les grands effets de base de l’impact de la pandémie sur la croissance l’an dernier», a estimé le porte-parole.

En 2020, la Chine est sortie du marasme économique dû à l’épidémie de nouveau coronavirus et son PIB a augmenté de 2,3%, devenant ainsi la seule grande économie au monde à connaître une croissance positive.

Durant les « Des sessions » annuelles du plus haut organe législatif et de l’organe consultatif politique de Chine, Gerry Rice a indiqué que le FMI saluait l’engagement continu de la Chine envers des réformes à moyen terme afin de renforcer ce qu’il a qualifié de « croissance de haute qualité et motivée davantage par la consommation », ainsi que les efforts qu’elle a accomplis pour lutter contre le changement climatique et atteindre la neutralité carbone d’ici 2060.

« Nous pensons que cela pourrait aider à faciliter la recherche de la Chine à rééquilibrer ce modèle de croissance vers une croissance plus verte et orientée davantage vers la consommation », a-t-il souligné lors d’une conférence de presse virtuelle.