Le Premier ministre Li Keqiang a réaffirmé, lors d’une réunion exécutive du Conseil des affaires d’Etat, l’importance d’assurer le chauffage hivernal pour la population, s’engageant à poursuivre les efforts pour endiguer la spéculation sur les prix du charbon.

Li Keqiang a également mis en garde contre les répercussions en aval de la hausse des prix des produits de base et les conséquences négatives potentielles pour les petites et micro-entreprises.

Afin de faire face à cette situation, la Chine va augmenter de près de 6% sa production de charbon. L’objectif est de faire face à des pénuries d’électricité, pour cela la Chine a même atteint récemment un record de production quotidienne, selon les autorités.

La Chine est à la fois le premier producteur mondial de charbon et le premier pollueur mondial. Dans un communiqué, la Commission nationale du développement et des réformes (NDRC) a indiqué que 153 mines avaient été autorisées depuis le mois dernier à accroître leur capacité de production de 220 millions de tonnes par an.

Lire aussi : Pékin appelle à une hausse de la production de charbon en Mongolie intérieure

Rapporté à la production totale de la Chine l’an dernier (3,84 milliards de tonnes), il s’agit d’une hausse de 5,7% des capacités en charbon. Cette mesure est prise afin «d’assurer l’approvisionnement en charbon durant l’hiver et le printemps prochain», a expliqué la puissante agence de planification.

La production de ces mines devrait ainsi augmenter de 50 millions de tonnes, a précisé la NDRC. Alors que le président chinois Xi Jinping a promis que son pays commencerait à réduire ses émissions polluantes avant 2030, la NDRC a souligné que la production quotidienne de charbon avait «récemment» atteint un record, à 11,5 millions de tonnes. Le charbon, une énergie particulièrement polluante, assure environ 60% de la production chinoise d’électricité.

Lire aussi : Le Shanxi augmente sa production de charbon

Ces dernières semaines, la Chine a fait face à des coupures de courant qui ont perturbé la production industrielle dans plusieurs régions. Parmi les raisons évoquées pour ces coupures: la reprise économique mondiale qui met sous pression les usines de l’atelier du monde, les limitations de production de charbon imposées au nom des objectifs climatiques, et l’existence d’un prix réglementé de l’électricité.

Le gouvernement a annoncé récemment une déréglementation partielle des prix de l’électricité vendue aux industriels. Alors que la conférence de l’ONU sur le climat (COP26) se déroulera à Glasgow (Écosse) le mois prochain, le président Xi Jinping a promis mi-septembre que la Chine ne construirait plus de nouvelles centrales à charbon à l’étranger.

Cependant, après que les centrales thermiques du pays se sont plaintes que leurs profits diminuaient en raison de la hausse des prix du charbon et des plafonds imposés sur les prix de l’électricité, la Chine a assoupli les restrictions sur le mécanisme de tarification de l’électricité produite par les centrales thermiques à 20%.

Le but du gouvernement est de soulager les difficultés opérationnelles auxquelles se retrouvent confrontées les entreprises de production d’électricité au charbon. Les principaux producteurs de charbon ont prit des engagements, en plafonnant les prix du charbon thermique. Elles participent ainsi aux efforts nationaux pour assurer le chauffage hivernal et la production d’électricité.

Lire aussi : La Chine lance une enquête sur les prix du charbon

«Ces diverses mesures d’ajustement sont à la fois nécessaires et efficace, même si elles arrivent un peu tardivement», a indiqué Han Xiaoping, analyste en chef du site China5e.com, spécialisé dans l’industrie énergétique.

Ce dernier a estimé que les ajustements réalisés à partir du niveau gouvernemental et des autorités concernées peuvent permettre de restreindre la hausse actuelle des prix du charbon utilisé pour la production d’électricité.

La CNDR a annoncé qu’elle s’assurerait que les mines de charbon fonctionnent à pleine capacité et atteignent une production d’au moins 12 millions de tonnes par jour, soit 1,6 million de tonnes supplémentaires par rapport à la fin septembre.

En 2020, la production totale de charbon en Chine a été de 3,9 milliards de tonnes. Au cours de ces dernières années, la Chine s’est progressivement débarrassée de ses capacités de production obsolètes de charbon, diminuant la production d’un milliard de tonnes par an avec la fermeture de 5500 mines.

Outre le renforcement de l’approvisionnement domestique, la Chine a récemment augmenté son approvisionnement en charbon et en électricité auprès de ses pays voisins, notamment la Russie et la Mongolie, ainsi que ses importations maritimes de charbon depuis l’Indonésie.

Le journal local Heilongjiang News indiquait jeudi que près de 600 tonnes de charbon russe avaient été importées par bateau en Chine par le port de Jiameng dans la province de Heilongjiang (nord-est), afin de soulager les pénuries actuelles en électricité. Le port a été rouvert après avoir été fermé pendant sept ans.

Pour pallier la possible pénurie, la Chine s’est tournée vers l’entreprise russe InterRAO, le seul exportateur d’électricité en Russie pour augmenter l’approvisionnement en électricité aux régions voisines.

D’après les médias russes, InterRAO a doublé son approvisionnement en électricité à la Chine par rapport à la même période en 2020. Depuis la Mongolie, de nombreux ports – dont les ports de Ganqimaodu et de Erenhot − ont tenté de maintenir l’approvisionnement en charbon, malgré les mesures de quarantaine mises en place à la suite d’une résurgence régionale du Covid-19 le long de la frontière.

La Chine a également importé plus de 21 millions de tonnes de charbon à coke, de charbon-vapeur et de lignite depuis l’Indonésie au mois de septembre, contre environ 17 millions de tonnes en août.