Les autorités chinoises ont ordonné à plus de 70 mines de la région autonome de Mongolie intérieure d’augmenter leur production de charbon de près de 100 millions de tonnes.

La Chine fait face à des coupures d’électricité et des pénuries de charbon dans le pays, et particulièrement dans le nord-est de la Chine, où l’hiver est le plus rude.

La Mongolie intérieure est la deuxième région productrice de charbon de Chine, avec un peu plus d’un milliard de tonnes de charbon produites en 2020, soit plus d’un quart du total national, selon des données officielles.

Cette production a toutefois diminué de 8% en 2020 et a baissé chaque mois entre avril et juillet en 2021 alors que Pékin a lancé en 2020 une enquête anti-corruption visant le secteur du charbon. Cette campagne politique a entraîné une baisse de la production de charbon.

Dans une directive publiée le 7 octobre, le département régional de l’énergie de Mongolie intérieure a annoncé aux autorités locales que 72 mines de la région pouvaient augmenter leurs capacités de productions dans l’immédiat, si les conditions de sécurité sont réunies.

 Les 72 mines répertoriées par le bureau de l’énergie de Mongolie intérieure, dont la plupart sont des mines à ciel ouvert, disposent d’une capacité annuelle de 178,45 millions de tonnes.

D’après la directive, ces mines pourraient augmenter leur capacité de production de 98,35 millions de tonnes au total, selon les calculs de Reuters.

La hausse proposée représenterait près de 3% de la consommation totale du charbon thermique chinois.

Un fonctionnaire du bureau de l’énergie de la région a confirmé l’authenticité de l’avis auprès des journalistes de l’agence de presse Reuters, mais a refusé de dire combien de temps pourrait durer cette relance de la production.

« Cela démontre que le gouvernement est sérieux dans sa volonté d’augmenter la production locale de charbon pour atténuer la pénurie », a déclaré un courtier basé à Pékin. Selon lui, l’augmentation dans les faits de la production pourrait prendre deux à trois mois.

« Cela contribuera à atténuer la pénurie de charbon mais ne pourra pas éliminer le problème », a déclaré Lara Dong, directrice chez IHS Markit.