Contrairement aux estimations alarmistes du FMI, « l’économie s’appuie sur une solide base pour maintenir une perspective stable et positive, malgré les nouveaux défis et changements dans l’environnement extérieur », a déclaré Ning Jizhe, chef adjoint de la Commission nationale du développement et de la réforme et chef du Bureau d’Etat des statistiques.

Répondant aux préoccupations concernant l’économie chinoise, Ning Jizhe a indiqué qu’il fallait « se focaliser sur la tendance générale, au lieu des indicateurs spécifiques et que les fluctuations actuelles des indices économiques étaient à l’intérieur d’une fourchette raisonnable ».

La première moitié de l’année a vu une croissance de 6,8% du PIB du pays, restant dans la fourchette de 6,7% à 6,9% pour le 12ème trimestre consécutif. D’après ce dernier, le gouvernement a également maintenu la stabilité de l’emploi, du prix et de l’équilibre des paiements internationaux pour faciliter une croissance économique stable et positive.

Ning Jizhe a assuré que la structure économique de la Chine « s’était améliorée, la consommation étant devenue un moteur plus fondamental de la croissance économique. Alors que les bénéfices et la qualité de développement de l’économie chinoise se sont améliorés, le revenu disponible par habitant a aussi continué de croître ».

Cependant, ce dernier a admit que les frictions commerciales avaient un impact sur la croissance, « en raison de l’interdépendance croissante entre l’économie chinoise et l’économie mondiale dans le processus de la réforme et de l’ouverture du pays ».

Malgré cela, il a estimé que la tendance stable et positive de l’économie chinoise ne s’arrêterait pas, car « l’économie est suffisamment résistante et flexible pour faire face à tous les risques ».